Parce-que rien n’est jamais simple #6 [par Yann Kerveno]

Ours et vautours

Dans les Hautes-Pyrénées, le préfet a autorisé la capture de l’ours Goïat afin qu’il soit équipé d’un collier émetteur. Et qu’il soit ainsi possible de suivre ses pérégrinations de loin alors qu’il est suspecté d’être l’auteur des premières prédations de l’année dans les Haut-Pyrénées. Toutefois, il s’est montré discret depuis début mai et pourrait avoir passé la frontière. En Aveyron, point d’ours mais des vautours à problèmes. Devenus nombreux depuis leur réintroduction, ils s’attaquent aujourd’hui aux troupeaux. Deux attaques ont déjà été recensées cette année sur un troupeau de vaches et une jument. Le cadavre de cette dernière, tuée par une nuée d’oiseaux affamés, a été déposé en guise de protestation par les syndicats agricoles locaux devant les locaux de la DDT de l’Aveyron. Les syndicats estiment à 12 animaux tués le bilan depuis le début de l’année alors que les troupeaux sont à peine sortis des étables.

Alimentation

En Europe, la production de pommes de terre va connaître cette année un repli de 3 à 5 % des surfaces alors qu’elles étaient en expansion depuis une vingtaine d’années. Seront-elles remplacées ces pommes de terre par des céréales anciennes ou exotiques, quinoa, sorgho, millet, qui font leur entrée dans les nouvelles tendances du marché des céréales du petit-déjeuner aux États-Unis ? Toujours aux États-Unis, une start-up vient de lancer un café à bas taux de caféine (un truc entre le café et le décaféiné quoi). De son côté, l’entreprise danoise Chr. Hansen, développe des moyens de lutte contre le gaspillage basés sur la fermentation. Son procédé s’applique en particulier aux produits laitiers dont la date limite de consommation est ainsi substantiellement prolongée. La même entreprise utilise ces procédés de fermentation pour obtenir des “Vegurt” des yaourts sans lait. Mais, le futur de nos assiettes est aussi peut-être dans le bois ? Enfin, dans l’arbre. Puisque nous ne sommes plus à une surprise près en la matière, une start-up, Arbiom, a développé un procédé pour transformer des coproduits de bois en… Protéines. Qui peuvent ensuite entrer dans la composition de tous les aliments à base de plantes.

Algues et bactéries

Dans un rapport qui sera rendu public dans quelques semaines, mais auquel Le Monde a eu accès, la Cour des comptes et la Chambre régionale des comptes de Bretagne pointent la responsabilité de l’État et des élus dans le peu d’effet de la lutte contre le développement des algues vertes sur le littoral. En leur reprochant d’avoir trop peu investi et qui plus est sans exiger vraiment de résultats. Enfin, rien à voir, mais si l’on a beaucoup parlé de gel, et pour cause, ces dernières semaines, sachez qu’il existe un produit miracle pour protéger les cultures. C’est une bactérie qui, répandue sur les végétaux, facilite la formation de glace destinée à protéger les bourgeons. La version commerciale de cette bactérie, dénommée Frostban, obtenue par transgenèse, a donné des résultats prometteurs. Avant d’être remisée sous la pression des défenseurs de l’environnement. Premier OGM a avoir été dispersé dans l’environnement, c’était en 1983, cette bactérie est aussi, par les débats qu’elle a causés, à la base de toute la réglementation actuelle des États-Unis sur le sujet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.