Payote : l’espadrille qui ne connaît pas le “coup de pompe” [par Thierry Masdéu]

Après le concept de l’espadrille qui sent bon le pamplemousse, celle en plastique recyclé issu de collectes en mer méditerranée, voici, pour la saison estivale 2022, l’espadrille baptisée “Jean-Louis”, en toile de marc de raisin…
Le modèle “Jean-Louis”.

Un hommage à son père vigneron qu’Olivier Gelly, fondateur de l’entreprise perpignanaise “Payote”, dédie au monde de la viticulture. Souple et d’un confort inégalé pour le pied, ce modèle inédit, en cuir de raisin, fait l’objet d’un succès commercial. Dépoussiérer l’image de l’espadrille, la rendre pétillante, colorée, en utilisant des imprimés de toutes les couleurs, parfois avec un humour décalé, c’est l’ADN de cette entreprise qui débute son histoire en 2016, de façon fortuite… 
L’idée, pourrait-on dire, démarre par une étourderie de ce chef d’entreprise, un manque d’inattention, ou plutôt de repères. Parti de son domicile dans la précipitation, il se chausse d’une paire d’espadrilles à couleur unie, mais dépareillée au niveau des pointures. Lorsqu’il s’en aperçoit, il est trop tard pour faire demi-tour et devra, pour la journée, faire avec un 41 à un pied et un 43 à l’autre. Jurant qu’il ne s’y laissera plus jamais prendre, il décide, à l’aide de pinceaux, peintures et feutres de couleurs, de customiser la toile de sa bonne paire d’espadrilles. Le lendemain, sur son lieu de travail, chaussé de ses “vigatanes designées”, il découvre avec stupeur qu’elles rencontrent un vif succès. “Toute la clientèle que je côtoyais dans cette boutique de prêt-à-porter n’arrêtait pas de me demander où j’avais pu acheter cette paire d’espadrilles !” relate, amusé, ce jeune et talentueux créateur. “Expliquant que c’était une création propre, on m’a demandé si je pouvais faire de même avec leurs espadrilles. Très vite, les commandes ont afflué et l’idée de créer mon entreprise en vendant des collections via internet a germé !”

Objectif : un million de paires par an

La réussite commerciale lui semble évidente. Il vend son véhicule pour acheter son premier stock d’espadrilles à customiser. Cette enseigne, qui revendique le Made in France, fait local, ouvre sa première boutique à Perpignan en décembre 2020 et vient d’inaugurer, samedi dernier, la deuxième, sur la ville de Toulouse.

Boutique à Perpignan de l’entreprise Payote.

Des 12 000 € de chiffre d’affaires acquis l’année de création, à plus d’1 million d’euros réalisés à ce jour, l’entreprise “Payote” continue son ascension. “Notre chiffre d’affaires ne représente en fait que le stock que nous pouvons recevoir.” souligne l’entrepreneur. “Sur les 2 millions de paires d’espadrilles que nous avons actuellement en commande, on ne peut fournir que 80 000 paires, du coup notre chiffre d’affaires n’est pas du tout représentatif de notre potentiel !”

Un déficit de production que l’entreprise compte résoudre prochainement avec un projet industriel. Sur une surface de 5 000 m2, tout proche de la boutique de Perpignan, une manufacture de 2 000 m2 devrait voir le jour. Objectif : produire annuellement 1 million de paires d’espadrilles pour tenter de répondre à la demande d’un marché national et international de plus en plus prometteur et générateur d’emplois, avec un prévisionnel de 150 postes à la clé. “Le but n’est pas de créer simplement une usine de production standard, mais un lieu qui pourra faire l’objet d’un circuit pour des visites touristiques. Nous disposerons également d’un atelier de fabrication pour les clients et d’une salle de cinéma qui relatera l’histoire des espadrilles, de la marque. Nous aurons un espace ludique avec des jeux autour des espadrilles et une boutique dans l’enceinte.” Un projet industriel qui renoue avec l’histoire de la fabrication des espadrilles catalanes à Saint Laurent de Cerdans où, dans les années 40, une vingtaine d’entreprises produisaient pas moins de 10 000 paires par jour.

Contact : Payote – 04 68 64 32 24 – https://payote.fr/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.