Parce que rien n’est jamais simple… #1 [par Yann Kerveno]

Ce mois d’avril pourri restera dans les annales pour son gel. Généralisé en France, il a aussi frappé durement en Italie. Dans la région du Piémont, qui abrite de nombreux vergers, le thermomètre est descendu jusqu’à – 3°, et comme en France, le gel pouvait y provoquer encore des nouveaux dégâts cette semaine. – 3° c’est aussi une la température relevée dans certaines zones de Vénétie avec de nombreux dégâts déjà répertoriés dans les vergers. Déjà éprouvés par un gel le 18 mars, les arboriculteurs d’Émilie-Romagne ont perdu la semaine passé le peu qu’il restait avec les -5 ou -6 enregistrés dans les vergers. « Il n’y aura pas de fruits de cette région sur les étals cette année » commente le site Freshplaza.com. En Toscane les vergers d’abricots ont été allégés de 80 % de leurs abricots et de 50 à 70 % de leurs pêches ou nectarines.

Vous avez-dit assurance ?

En Espagne, le gel de la mi-mars a concerné 38 000 hectares qui étaient assurés selon les comptes d’Agroseguros principalement dans les régions de Lleida, Huesca et Albacete, principalement dans les vergers de pêches d’abricots et d’amandes. Il y en aurait en gros pour 55 M€. Puis qu’on parle de gel, c’est à chaque fois la même antienne, “il faut revoir le système assurantiel”, tout remettre à plat. La préparation de la nouvelle PAC offrira peut-être une opportunité, mais l’on peut se demander, une fois de plus, pourquoi cela n’a pas été fait avant puisque l’augmentation de la fréquence des aléas climatiques ne date d’hier. Ne doutez pas qu’on va entendre parler de la moyenne olympique dans les jours qui viennent.

Les pucerons au coin du bois

Les producteurs de betteraves, sous les feux de la rampe suite aux débats sur l’interdiction de l’enrobage de semences aux néonicotinoïdes, ont aussi perdu une partie des semis de cette année. Les surfaces concernées étaient évaluées à 30 000 hectares la semaine passée avant le deuxième épisode de gel. Il faudra donc resemer, mais en vertu des règles de la dérogation accordée pour 2021 et 2022, ils ne pourront bénéficier des semences enrobées pour cette deuxième tentative. Ne reste plus qu’à espérer que les cohortes de pucerons porteurs de la jaunisse auront été décimés, eux aussi, par le gel.

On est court sur le ketchup

Il est probable que les meilleurs auteurs de science-fiction n’ont jamais imaginé un jour que la presse titrerait sur une pénurie de… ketchup, après avoir manqué celle du papier toilette au printemps dernier. Et pourtant c’est bien ce qui arrive aux États-Unis où le géant du secteur, Kraft-Heinz, a été contraint d’augmenter sa production de 25 % pour satisfaire l’appétit du marché, enfin, pour être plus plus précis, celui des chaînes de restauration rapide et à emporter fortement sollicitées depuis le début de la crise du Covid.

Recul des dépassements de limites de résidus

Sachez aussi que l’enquête annuelle menée par l’Europe sur les résidus de pesticides dans les aliments consommés en Europe (produits ou importés), pour l’année 2019, montre que 96,1 % des 96 302 échantillons analysés étaient conformes à la norme, les dépassements de limites maximales de résidus reculant de 4,5 % par rapport à 2018. Dans le détail, certains produits subissent toutefois une légère augmentation des non-conformités, entre 016 et 2019, c’est le cas de la fraise, du chou, des raisins de cuve, du gras de porc et un repli pour les pêches, les salades, les pommes et les tomates…

L’idiotie de la semaine

Cette baisse des non-conformité des produits alimentaire, c’est de quoi couper l’herbe sous le pied à Yannick Jadot qui plaide pour une abolition de la TVA sur les aliments bios. Idée pour le moins stupide comme le fait remarquer notre consœur Morgane Bertrand sur France Inter qui signale que, la production n’est déjà pas suffisante pour abonder le marché et que le différentiel de prix entre un produit bio et un autre va largement au delà des 5,5 % de taxe appliqués sur les produits alimentaires. Donc que cette réduction n’irait qu’à ceux qui peuvent déjà se les offrir. CQFD

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.