Le père Noël existe, il passe même à la télé ! [par Karo et Didoo]

Nous avons été très attentifs aux mesures gouvernementales concernant l’électricité. Mais comme la fin d’année correspond à la période où les jours sont les plus courts, ce qui suscite une relative période d’inaction, nous nous sommes octroyés le droit de regarder la télévision, en doudoune, en bonnet, en chaussettes et… en coupant le chauffage.
Parce qu’il faut reconnaître qu’en cette période, la cerise sur le gâteau télévisuel, ce sont les films que l’on retrouve à foison sur différentes chaînes, retraçant la magie de Noël. Quelques esprits retors, aigris et amers trouveront à redire sur ce choix cinématographique, critiquant la simplicité du scénario, les faux décors, les caricatures des personnages, blancs, hétéros, vivant dans de splendides maisons, ayant de bonnes situations, une famille aimante et ayant, à chaque fois, un Noël enneigé, bien loin de celui que nous venons de vivre avec nos 15 degrés.

Pour commencer, disons que les titres nous ont attirés, “Un prince à Noël”, “Noël au château”, “Les masques de Noël”, “Un papa par intérim à Noël”, “Un ange à Noël”, “Un Noël féérique”…
L’héroïne est toujours incroyablement belle, qu’elle soit blonde, brune aux yeux bleus ou rousse, en petite jupette portant des bottes ou perchée sur des talons aiguilles s’enfonçant dans la neige, arborant son éternel sourire avec ses grandes dents bien alignées, toujours bien maquillée et apprêtée, même en pyjama. Quant à son pendant masculin, c’est souvent un grand beau mâle, au sourire avenant, quelquefois un peu ténébreux, parfois un peu un timide. Qu’ils soient à la ville ou dans une forêt de sapins, leur tenue évoque un savant mélange de distinction, d’élégance et de décontraction.

“Ne riez pas charmante Elvire”, tout y est !

L’un ou l’autre ont souvent vécu un drame qui, pour beaucoup, aurait été insurmontable. Mais grâce au soutien familial, ou professionnel, quelquefois amical, ils ont réussi à survivre, souvent en se surinvestissant dans le travail pour échapper au désert affectif et au désespoir.
Il faut souligner la proximité réconfortante de la famille, qu’elle soit d’origine, recomposée ou élargie, dont s’extrait souvent un personnage, véritable guide spirituel et soutien sans faille pour un des deux héros.
La musique est toujours présente, que ce soit à travers “I wish you a merry Christmas”, leitmotiv de ces films, par le biais de chorales ou d’enfants apprenant à jouer d’un instrument, ou même les héros, elle est toujours vecteur d’espoir et de lien social.

Après l’incontournable balade en traîneau tiré par des chevaux, la magie de Noël arme Cupidon pour toucher nos héros qui s’embrassent pendant la mise en lumière de l’immense sapin au centre du village. “Ne riez pas charmante Elvire”, tout y est ! Il ne manque rien : les valeurs de la famille, la solidarité entre voisins, l’amitié retrouvée et l’amour pour se relever des malheurs de la vie.
Nous en profitons, à travers toutes ces charmantes histoires, empanachées de bons sentiments et de sérénité, pour vous présenter tous nos meilleurs vœux pour cette nouvelle année.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.