Ailleurs, dans les vignes du monde… Août 2022 [par Yann Kerveno]

La Rioja se soucie de son paysage

C’est carrément l’organisme de gestion de la grande appellation espagnole qui porte le fer au feu en créant un “groupe opérationnel pour la protection des paysages et vignoble”. Son rôle : travailler avec tous les intervenants du secteur, élus, administration, pour préserver l’aspect actuel du vignoble. Dans ce sens, le groupe a émis trois questions à destination de ces publics. La première demandant de se positionner quant à la suspension des autorisations accordées aux projets de production d’énergie non destinées à l’autoconsommation (i.e. les grandes éoliennes). La deuxième concerne la future directive de protection des terres agricoles et demande que le potentiel de production ou la surface minimale ne soient pas les deux seuls critères pris en compte et que la protection du paysage de l’appellation soit intégrée à la réflexion. La troisième réclamant une planification plus étroite des zones accessibles de megaprojets qui menacent le paysage au lieu de laisser le choix des emplacements à leurs promoteurs.

Fin de cavale.

C’était un peu le coup du siècle. Un couple était parvenu, par une ruse fort étudiée, à dérober pour plus d’un million et demi d’euros de vin dans un restaurant étoilé Michelin, Atrio, à Cacéres en Espagne. Le butin était composé d’un Château Yquem 1806 et de six autres millésimes 1883, 1884, 1891, 1899, 1900 et 1901 ainsi que 38 bouteilles de Romanée-Conti. Après neuf mois de cavale, le couple a finalement été arrêté en Croatie mais on ne sait pas ce que sont devenues les 45 bouteilles dérobées. On en sait un peu plus sur l’identité des deux personnes arrêtées. La protagoniste pourrait être Priscila Lara Guevara, 28 ans, une ancienne reine de beauté mexicaine et le protagoniste, Constantin Gabriel Dumitru, de nationalité hollandaise.

Une pluie d’étoiles en Espagne

C’est une première pour le pays, l’entrée de Marquès de Murrieta dans le célèbre top dix de Parker qui rassemble les propriétés collectionnant la note 100, la plus élevée délivrée en dégustation. Marques de Murrieta figure cette année en 5e position d’un classement dominé par Chapoutier, Petrus et Guigal, mais devant Cheval Blanc, Mission Haut-Brion… De son côté, c’est aussi une nouveauté, le “Parker” espagnol, Guia Penin, a délivré cette année les deux premiers “100 points de son histoire” en 30 ans de publication et plus de 200 000 dégustations. Les heureux lauréats sont deux vins du Sud de l’Espagne : Alvear Pedro Ximénez Solera 1830 (Montilla-Moriles), de la bodega andalouse Alvear et Conde de Aldama Amontillado “Bota NO” (20 bouteilles par an), des Bodegas Yuste à Cadix.

Débarrasser le plancher ?

Si vous êtes un habitué de cette rubrique, vous savez que la viticulture australienne vit les pires tourments depuis l’entrée en vigueur des rétorsions chinoises sur le prix des vins, des taxes à l’importation allant de 100 à 200 %. Avec à la clé un arrêt des flux de vins vers la Chine, principal débouché de la filière viticole australienne. Si de nouveaux marchés s’ouvrent timidement, des voix de plus en plus fortes se font entendre dans le pays pour que les producteurs de raisins reviennent à la raison. Ceux qui disposent encore de contrats, ils sont heureux, doivent subir des baisses de prix de 30 % sur les rouges, là où ça coince le plus pour les syrah et les cabernet (quand le prix des intrants flambe, comme ici). Pour les autres, il leur est carrément conseillé de “sortir du business” d’arracher les vignes et de planter autre chose.

Plus de bio dans un marché américain en contraction

Alors que l’on s’attend à un afflux important de vins bios en France ces prochains mois, vu le nombre de conversions qui arrivent à leur terme dans le vignoble, le géant américain E&J Gallo passe la seconde. À l’automne, une des marques emblématique, les BiB Black Box, proposera quatre nouvelles références bios à partir de raisin italien, un rosé, un pinot grigio, un chardonnay et un cabernet sauvignon. D’ailleurs, les prévisions pour le marché américain ne sont pas folichonnes cette année. Selon les estimations de Shanken, le marché pourrait se contracter pour la deuxième année consécutive, de 0,9 % par rapport à 2021, et de 0,6 % en moyenne par an jusqu’en 2025.
Le chiffre d’affaires pourrait, lui, continuer de progresser (2,4 % l’an dernier), tiré par les pétillants, (+ 8 % en volumes l’an dernier). Le numéro Un du pays reste Gallo en chiffre d’affaires comme en volume et a renforcé son leadership avec le rachat de 30 marques à Constellation Brands l’an passé. La marque leader en volume est une marque de Bib, Franzia, produite par The Wine Group mais d’ici à la fin de l’année c’est une marque italienne, Stella Rosa qui pourrait devenir la principale marque de vin du pays en chiffre d’affaires, détrônant Barefoot Cellars.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.