Un petit air du bistrot de Laurette aux paysans du Loir et Cher

Et si nous prenions une grande bouffée d’air, à la fois pur et romantique, en ce début d’année 2022 avec un chanteur bien de chez nous. Souvenez-vous, celui-ci marchait dans la boue ! Michel Delpech est issu d’une famille de viticulteurs établis dans l’Aube et de bûcherons, agriculteurs, épiciers en Sologne où il passait tous ses week-ends et vacances scolaires. Ado, il est fan de Luis Mariano, de Bécaud, d’Aznavour et monte même un petit orchestre avec ses copains de lycée. Il les quitte pour se consacrer pleinement à la musique. Son premier disque “Chez Laurette” (qui nous rappelle nos “après-lycée”).
“Après les cours, on allait boire un verre. Quand on entrait, Laurette souriait. Et d’un seul coup, nos leçons, nos problèmes disparaissaient quand elle nous embrassait” sortira en 1965. C’est à cette date que le chanteur rencontrera sa première épouse avec laquelle il interprétera, à Paris et en duo, “Copains-clopant” dans une comédie musicale.

C’est le début du vedettariat ! Il fera les premières parties de Jacques Brel, puis de Mireille Mathieu qui l’emmènera en Allemagne de l’Ouest, en URSS et aux États Unis. Il composera les succès “Wight is Wight”, “Pour un flirt” qui seront très bien classés au hit parade dans plusieurs pays européens !
Il est tellement amoureux qu’il écrira “Je suis fan de toi”, “Je l’attendais”, “Tu me fais planer”. C’est ainsi que nous redécouvrons son âme de poète. En les écoutant, Didoo et moi avons pu sans peine les fredonner tellement elles font partie du patrimoine musical français, même avec les chansons anglo-saxonnes sur lesquelles il a su adapter des paroles sans ôter ni le charme, ni le sens.

Avec les oies sauvages

Michel Delpech savait user de son charme. Sa voix douce était très appréciée par les dames ! Comment ne pas craquer quand on entend : “Fan de tes grands yeux. De ton sourire, je suis fan de toi. Je suis amoureux. Sans te le dire, je suis fan de toi” ou “Il y a de la musique dans les haut-parleurs. Tu m’embrasses au milieu des danseurs. Et c’est moi le roi du bal. Tu me fais planer”. Malgré l’ascension fulgurante vers les sommets et la lumière, il traversera, quelques années plus tard, une période difficile, suite à la séparation d’avec sa femme, qui fût pour lui très douloureuse. Et ce, même si dans “Les Divorcés” en 1973 lorsqu’il écrit “Il faut quand même se retourner. Ça me fait drôle de divorcer. Mais ça fait rien, je vais m’y faire” rien ne transparaît. Il connaîtra des moments de grand vide, se tournera vers le spiritisme, l’hindouisme, prendra de la drogue et de l’alcool.

Puis en 1983, il rencontrera sa deuxième épouse, peintre-écrivain médium. En 1985, il composera “Loin d’ici” et en 1986 l’album “Oubliez tout ce que je vous ai dit”. Un changement important dans sa vie où il redécouvre le christianisme. L’amoureux inconditionnel du début réapparaît avec des paroles bienveillantes, de solidarité, emplies d’humanité. Il entamera une série de concerts, son public ne l’a pas oublié… Il composera avec Barbelivien, puis avec Obispo et Murat. Il connaîtra à nouveau le succès avec des chansons plus réalistes et une orchestration plus soutenue. Comme vous (2004) – Ce lundi-là (2005) – Son album de duos (2006) et l’album Sexa (2009). Il participera également à la tournée “Âge tendre et tête de bois” qu’il sera contraint de suspendre à cause de la maladie.
Ce romantique qui a été frappé par l’amour et que le succès n’a pas grisé, nous a bien montré que Paris n’était pas la capitale de la poésie, quand il nous a fait rêver avec les oies sauvages, les bottes pleines de boue pour aller retrouver sa famille dans le Loir et Cher.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.