Teraneo confie la commercialisation de ses produits au groupe Alternea [par Yann Kerveno]

Le rapprochement entre la coopérative Teraneo et l’importateur – expéditeur Alternea doit permettre à la première de consolider son activité et la rémunération des producteurs.

Dans le bâtiment flambant neuf, il est entré en service en février dernier, les transpalettes s’activent entre les frigos et les quais, tout est carré, bordé par un quadrillage de code-barres qui “rend impossible les erreurs, sauf à tricher” précise Antonio Morales Abad, PDG d’Alternea. Ce bâtiment, construit pour 13 millions d’euros, consacre la création d’un groupe commercial important (voir les chiffres en encadré) qui rassemble Alternea, entreprise autrefois connue sous le nom de Lacour, et Legros Bio. Les deux entreprises, elles ont chacune gardé leur identité, leurs salariés et leur fonctionnement, cheminent de conserve depuis 2018, et ont aussi gagné en efficacité passant de quatre à un seul bâtiment…
Dans certaines cellules frigo, quelques produits de saison de Teraneo figurent déjà, des carottes fanes, une nouvelle diversification engagée par la coopérative de Saint-Hyppolite. Mais dans quelques semaines, c’est l’ensemble de la production de la coopérative qui passera par ces quais… “Ce rapprochement est l’issue d’une réflexion engagée avec le conseil d’administration de Teraneao qui, comme vous le savez, a été fortement rajeuni. Ils ont de l’ambition, envie d’avancer” justifie Yves Aris, président de la coopérative. Mais pourquoi n’avoir pas fait alliance avec une autre coopérative ?

Le bon partenaire

“Peut-être parce que nous n’avons pas trouvé le bon partenaire, mais que des entreprises qui voulaient faire de nos difficultés des opportunités” ajoute Yves Aris. “C’est aussi parti de nos observations sur le passé, nous avons compris que les entreprises qui quittaient une coopérative allaient le plus souvent dans le privé plutôt que de rejoindre une autre coopérative. Même si la coopération est un très bon couvoir, beaucoup d’exploitations du département sont nées grâce à la coopération… Avec Alternea nous avons trouvé un partenaire différent, avec qui nous pouvons avoir des perspectives, des opportunités de co-construction. Nous avons préféré cette option plutôt que d’être une opportunité pour un prédateur…” Et le président de Teraneo d’ajouter : “Alternea est dans une logique de partenariat sur le long terme, c’est ce qu’ils font avec des producteurs en Espagne, parfois depuis quarante ans…”

Faire du bien là ou nous sommes

Mais pourquoi une entreprise privée se rapproche-t-elle ainsi d’une coopérative jusqu’à en devenir le bras armé commercial ? “Tout est lié à notre projet de Responsabilité sociale d’entreprise*, c’est un chapitre important pour nous à tous les niveaux. Depuis toujours nous nous sommes interdits de concurrencer les productions des Pyrénées-Orientales avec des produits espagnols. Mais avec le développement de la marque Alternea, fondée sur le principe de l’écoresponsabilité, et le développement de notre RSE, nous sommes obligés, autant à l’intérieur de nos murs, avec nos salariés, qu’à l’extérieur, cela nous oblige, aussi, pour le territoire sur lequel nous sommes implantés… Nous sommes en quelque sorte tenus de faire du bien là où nous sommes” explique Antonio Morales Abad avant d’ajouter : “Même si je suis aujourd’hui commerçant, je comprends la production, je suis un fils de producteur espagnol, je comprends aussi la coopération, j’ai longtemps travaillé pour le groupe espagnol Anecoop…”

31 mars

Cette ouverture sur la production locale en augure-t-elle d’autres ? Antonio Moralès Abad assure que non. “Nous avons un engagement exclusif et total avec Teraneo et c’est valable dans les deux sens.” Dans la pratique, Teraneo confiera donc la commercialisation de l’ensemble de ses produits à Alternea et Legros Bio à partir du 31 mars prochain. “Les personnels concernés par ce transfert chez Teraneo se verront proposés d’autres opportunités” précise Yves Aris. Qui voit aussi dans ce rapprochement, “la possibilité de faire circuler des produits très identitaires du Roussillon, l’abricot rouge du Roussillon ou l’artichaut dans les circuits de la grande distribution grâce à la force de vente d’Alternea.”

* RSE

En chiffres

Alternea : 80 000 tonnes de produits commercialisés (50 % origine Espagne, le reste en provenance du Maroc, du Portugal et d’Italie). Commercialisation en France en GMS, grossistes, industrie… 68 M € de CA.
Legros Bio : spécialisée en bio, 18 000 tonnes commercialisées, (95 % origine Espagne, 5 % France) exportées pour les deux tiers vers l’Europe du Nord. 26 M € de CA.
Teraneo : potentiel de 15 000 tonnes (céleris, salades à feuilles dures, carottes fanes, brocolis, artichauts, abricots, pêches et figues, le tout en conventionnel et en bio.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.