Ce qu’il faut retenir cette semaine 37-2022 [par Yann Kerveno]

Œnologie : toujours plus précis et complet

Synergie Lab poursuit ses développements. Après avoir ajouté l’huile d’olive dans ses compétences, l’entreprise s’est penchée sur la bière et a acquis du matériel pour réaliser des analyses biologiques poussées à destination des vignerons.

C’est une première pour la région. Synergie Lab, le laboratoire créé par Hélène Grau et Jean-Michel Barcelo, s’est équipé d’outils de pointe pour proposer de nouvelles gammes d’analyses aux vignerons. “Le conseil œnologique reste notre métier de base” prévient Jean-Michel Barcelo, mais “dans la logique de ce qui nous a poussé à créer ce labo, nous souhaitons offrir une gamme de services complète, et locale, à nos clients.” Première nouveauté, le Digital PCR. “Nous avons acquis du matériel et travaillé de conserve avec l’Université de Perpigan pour développer les modalités d’analyses qui nous permettent de quantifier Brettanomyces Bruxellenci.” Présente sur les raisins, cette levure peut altérer grandement la qualité du vin si elle se développe, à cause d’une fermentation mal engagée par exemple.

“La technique mise au point permet aux vignerons de traiter le problème en amont” en minimisant grandement le risque de déclassement d’une cuvée. “Notre technique est très fine et nous sommes capables, par la technologie PCR, de détecter la levure à partir de deux cellules par millilitre” ajoute l’œnologue. Autre nouveauté de l’année, l’acquisition d’un microscope à épifluorescence pour mieux analyser la composition des jus en germes et ainsi être en mesure de mieux maîtriser les fermentations alcooliques et malolactiques.

Ouverture vers la bière

Si ces analyses restent grandement dédiées au monde du vin, le labo a aussi développé des protocoles pour les producteurs de bière. “Pour l’instant, nous ne proposons pas de conseils pour la bière, mais un panel d’analyses complet et de proximité pour les brasseurs du département” précise Jean-Michel Barcelo. Un marché devenu conséquent ces dernières années. Avec le développement des microbrasseries, ils sont aujourd’hui près d’une cinquantaine dans les Pyrénées-Orientales. Le labo peut ainsi procéder à la quantification de l’alcool, du soufre, de l’acide acétique et établir le pH. Voilà pour la chimie pure, mais d’autres analyses spécifiques à la bière ont été développées, comme la mesure de l’amertume, de la couleur et de la turbidité.
Sur l’année, le laboratoire a ainsi investi environ 150 000 euros pour être en mesure d’offrir ces nouveaux services dès cet été.

Le préfet aux pêches

Le nouveau préfet des Pyrénées-Orientales, Rodrigue Furcy, a pris contact avec la filière fruits et légumes début septembre à Llupia et Camelas. L’occasion pour les représentants du monde syndical, consulaire et économique de dresser un portrait détaillé des productions. Il fut aussi bien entendu question d’eau, des problèmes de main-d’œuvre, de la concurrence espagnole, de la pression de la grande distribution sur les prix… Après la visite au champ, c’est dans la toute récente et moderne station des Jardins du Roussillon que la visite s’est poursuivie pour une longue explication du fonctionnement de l’outil et une réunion avec les professionnels.

Une coop pour faire local

C’est finalement une Société coopérative d’intérêt collectif qui a été créée pour porter la plateforme d’approvisionnement local voulue par la Chambre d’agriculture des Pyrénées-Orientales. Le Local, c’est son nom, a commencé son activité en juin et travaille déjà avec une dizaine de cantines et 18 producteurs. L’automne sera le temps de la montée en puissance du dispositif qui se veut l’interface entre la production et la restauration collective, mais pas seulement. L’enjeu porte notamment sur la planification des cultures pour répondre aux besoins des cantines et le développement éventuel de nouvelles productions. Pour l’instant, la plateforme commercialise essentiellement des fruits et légumes ainsi que des produits d’épicerie issus de la première transformation des fruits et légumes.

Y. K.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.