Prévisions abricots. Le gel, encore. (Par Yann Kerveno)

La récolte d’abricot sera meilleure que celle de l’an passé réduite par le gel mais les accidents climatiques sont encore d’actualité en 2022.

 

Le Medfel a permis à la filière abricot européenne de faire le point sur les prévisions de récolte de la campagne qui s’annonce. Et cette année encore c’est le gel qui joue les arbitres cruels en particulier pour les producteurs espagnols. Mais revenons un peu en arrière avec la campagne 2021 entrée dans l’histoire à cause de la faiblesse de sa récolte, moins de 400 000 tonnes. Ce n’était arrivé que trois fois au cours de ces trente dernières années. En conséquence, la campagne de l’année passée fut fluide et les prix tenus à un bon niveau. Niveau qui n’a toutefois pas permis de compenser, chez les producteurs touchés, les pertes causées par le gel.

Il n’était donc pas difficile pour 2022 de faire mieux que 2021. Ce sera le cas avec une prévision globale de 515 000 tonnes, 31 % au-dessus des volumes de l’an dernier mais 8 % en retrait de la moyenne 2016-2020. C’est donc l’Espagne qui aura cette année le plus souffert du gel en Catalogne, Aragon et Castille-la-Manche, sa production était évaluée, à la mi-avril et alors que les dégâts ne sont pas forcément complètement connus, à moins de 60 000 tonnes. C’est la quatrième année consécutive que l’Espagne ne réalise pas son potentiel à cause des incidents climatiques.

Après deux années de gel, l’Italie pourrait tirer cette année son épingle du jeu avec 263 000 tonnes annoncées, ce qui reste encore 15 % en dessous du potentiel. Le froid persistant en avril provoque un retard de 7 à 10 jours, les premiers abricots italiens devant être récoltés à la mi-mai. En Grèce, la récolte devrait atteindre 64 500 tonnes, c’est mieux que l’an dernier mais moins bien, - 20 %, que la moyenne 2016-2020, à cause du gel qui a provoqué quelques dégâts dans les vergers.

En France le gel est aussi passé mais a fait bien moins de dégâts que l’année dernière. Ils sont surtout localisés autour de Prades et dans la vallée du Rhône et surtout dans les Baronnies. La récolte devrait atteindre 130 000 tonnes, le double de l’année dernière et en progression de 8 % par rapport à la moyenne 2016-2020. Le Languedoc-Roussillon devrait pouvoir compter sur 41 000 tonnes, Rhône-Alpes sur 67 400 tonnes et PACA 19 500 tonnes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.