Parce que rien n’est jamais simple #35 [par Yann Kerveno]

Le lait, c’est compliqué

On l’a vu et entendu et lu, le recensement agricole nous permet de prendre la mesure des évolutions importantes du secteur. Pourtant, certaines filières sont plus exposées que d’autres ainsi qu’en témoignent les travaux de Christophe Perrot (Institut de l’élevage) sur la filière laitière. Il estime que d’ici la fin de la décennie, 440 000 vaches laitières pourraient avoir disparu du paysage français. Les régions déjà en difficulté, le Sud-Ouest notamment, pourraient payer un lourd et rapide tribut à ce mouvement. La récente manifestation des éleveurs laitiers de la région devant l’usine Danone de Villecomtal, dans le Gers, n’était peut-être que la première d’une longue série ? Les éleveurs protestaient contre la décision de l’entreprise de transformer cette laiterie, historique dans la région, en usine de production de boissons végétales à base d’avoine pour un investissement de 43 M €.

Le glypho : tout un “Monde”

Nos confrères du Monde seraient-ils de grands insatisfaits ? Ironisant sur la dernière manifestation parisienne des agriculteurs (dont on pourra discuter amplement de la pertinence), le quotidien du soir a remis en doute les résultats de l’étude Esteban menée par Santé publique France sur l’exposition des Français aux pesticides. Étude qui conclut que si cette exposition reste réelle, les résultats sont en baisse par rapport à la dernière étude et qu’ils sont cohérents avec les taux des autres pays européens. Mais peut-être était-ce (on n’ose le penser) pour mieux passer sous silence le bruit du dernier clou posé sur le dossier des glyphotests dont le journal a été un observateur et un relais appliqué, alors même que la méthode, le test Elisa, avait été mise en cause dès le début ? Quel est ce clou ? La preuve que les initiateurs de la campagne savaient, ils avaient été mis en garde par leurs avocats, que la méthode des glyphotests n’était en rien fiable… Cette révélation, apportée par Gil Rivière-Wekstein qui a fouillé dans les documents publics du CRIIGEN (Séralini, Lepage…), finit de détruire le peu de crédibilité scientifique de l’opération montée par Campagne Glyphosate qui a donné lieu à 6 000 dépôts de plaintes devant la justice… Une broutille dont nos confrères se sont bien gardés de parler jusqu’ici.

Vrac ou pas vrac

C’est devenu un peu la marque de la décroissance bien pensante, le marché du vrac a le vent en poupe. Mais, rappelle l’Anses, on ferait quand même mieux d’y regarder à deux fois, parce que s’il n’y a pas d’emballage, il n’y a pas forcément de loups, mais possiblement des germes… L’Agence de sécurité sanitaire française a ainsi recadré dans une note d’appui scientifique et technique les extensions permises par la loi AGEC, qui définit la vente en vrac. Et rappelle que pour les produits alimentaires les choses ne sont pas simples, il y a les allergènes, la propreté des contenants apportés en magasin par les clients… Bref, dans ses recommandations, l’Agence suggère d’autoriser la vente en vrac de produits alimentaires à conditions, pour les plus sensibles d’entre eux, que la vente soit assistée (un opérateur effectue le prélèvement et le conditionnement), ou en vente accompagnée, le client se débrouille mais sous la surveillance d’un opérateur… Bref, lire ce document est aussi une manière de se souvenir pourquoi on a créé les emballages ! Allez, joyeux Noël !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.