Le plan régional de relance viticole enfin accessible

Il aura fallu de longues semaines de négociations entre les interprofessions viticoles, les différentes familles professionnelles et la Région pour que le plan d’appui soit enfin en place. Revue de détail

Après trois mois d’intenses négociations, c’est donc depuis le 3 août que les entreprises de la filière viticole peuvent déposer les dossiers de financement de leurs actions de reconquête commerciale prévus dans le cadre du plan régional d’appui à la viticulture. Le plan est divisé en trois axes. « Le premier est destiné aux entreprises ce sont des aides directes » précise Anne-Laure Pellet, directrice du Conseil interprofessionnel des vins du Roussillon (CIVR). « Ce volet est doté de 5,5 millions d’euros, auxquels les entreprises ajouteront 5,5 M€. » Le deuxième axe, doté d’un million d’euros sera consacré aux actions interprofessionnelles et le troisième, doté de 500 000 euros, ira à une campagne de communication destinée à la promotion des vins de la Région Occitanie autour du thème « consommez local » qui sera diffusée à la rentrée. Pour pouvoir accéder à ce dispositif, les entreprises doivent répondre à plusieurs critères, avoir leur siège social en Occitanie, être sous signe de qualité officiel (IGP ou AOP) et engager une somme minimum de 5 000 euros pour débloquer une aide de 2 500 euros (50 %) et de 400 000 euros maximum. Enfin, les aides ne peuvent porter que sur les vins conditionnés.

18 mois

« Le plan va courir sur 18 mois pour couvrir les actions que nous pourrions avoir à mener lors de l’été 2021 » se félicite Philippe Bourrier, président du CIVR qui serait très satisfait si « une petite centaine d’entreprises déposait des dossiers, en tout cas, atteindre cinquante ce serait très bien. » Et si d’aventure la demande excède l’offre et va au-delà de 5,50 M€ ? « Le plan comprend des critères de priorisation » ajoute Philippe Bourrier, « seront privilégiées les entreprises qui sont dans des démarches environnementales, HVE ou bio ou sont engagées dans un contrat de filière, pour le négoce, seront privilégiées les entreprises qui ont mis en place une réelle contractualisation… » Pour déposer un dossier, les entreprises doivent d’abord le déclarer aux interprofessions (https://www.declaviti.fr/) puis sur le site de la Région. (https://mesaidesenligne.laregion.fr/).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.