La côte Vermeille en fête [par Yann Kerveno]

La fin de semaine passée fut dense pour le monde viticole de la côte Vermeille. Vendredi tout d’abord, la cave de l’Étoile a tenu sa deuxième dégustation d’exception avec des Banyuls de ce siècle mais surtout du siècle dernier et jusqu’à 1946. Une trentaine de personnes ont ainsi pu prendre part à cette dégustation, précédée d’une visite de la cave sous la houlette de son président, Jean-Pierre Centène. L’occasion de retracer un siècle d’histoire et de présenter la grande vente aux enchères prévue le 7 octobre prochain pendant la fête des vendanges de Banyuls, lors de laquelle 43 lots de vieux millésimes seront proposés aux acheteurs.
Puis, à Collioure, ce fût Vignes en fleurs pour fêter l’arrivée (précoce) de l’été. Samedi soir, la plage de Saint-Vincent à Collioure a accueilli une soirée de gala organisée par les Vignerons sur Mer pour les 30 ans de l’appellation rosé des vins de Collioure. 200 personnes avaient répondu à cette invitation à déguster les rosés de l’appellation au long d’un repas mené de main de maître par Aurélien Potard (Toque Blanche, La Rotonde à Perpignan). Outre le maire de Collioure, Guy Llobet, quatre conseillers régionaux avaient fait le déplacement, dont Judith Carmona et Christophe Manas, tout comme Jean-Marie Fabre, président des Vignerons indépendants de France, venu en voisin de Fitou. Dimanche, les vignerons ont pu faire déguster leurs vins toute la journée dans la cité colliourencque aux amateurs ou curieux.

Un nouveau visage au cru Banyuls

Igor Akhiridinov

Depuis le mois d’octobre, Igor Akhiridinov est le nouveau directeur du cru Banyuls. Originaire de Russie, il a été frappé d’un coup de foudre pour la langue française à l’âge de huit ans, quand il lui a fallu choisir une langue étrangère au cours de sa scolarité. Ses études supérieures pliées à Moscou, il arrive en France en 2008 et intègre le groupe Banque Populaire – Société générale où il réalise des audits bancaires. C’est un autre coup de foudre, pour la côte Vermeille, qui décidera de la suite alors qu’il songe à quitter le monde de la banque. Arrivé dans la région avec un projet d’œnoutourisme, il est passé par l’école supérieure du vin de Perpignan, il est victime du Covid et des différents confinements qui mettent à mal son rêve entrepreneurial. Bien décidé toutefois à rester sur la côte, il finit par être recruté, à l’automne dernier, par le syndicat du cru Banuyls. Avec un credo : “faciliter la vie des vignerons du cru, être utile, tenter d’alléger leur charge administrative quand c’est possible.” Ce qu’il apprécie en particulier, c’est le contact humain, bien loin de l’aridité des calculs de sa précédente carrière. “J’aime aller dans les exploitations et il n’y a pas de secret, même si tu as le meilleur projet du monde, si les gens ne te connaissent pas où ne te font pas confiance, tu ne pourras rien faire, ici comme ailleurs.” D’ou l’importance qu’il attache à la proximité avec les vignerons, à être au service de tous les vignerons.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.