Kuupanda, c’est d’ici ! [par yann Kerveno]

N’en déplaise aux rétrogrades, les techologies modernes utilisées à bon escient peuvent permettre de gagner en compétivité. C’est le pari de Kuupanda, une start-up cérétane, qui a développé une application pour mieux gérer les commandes. Utile quand on vend en direct !

Bon d’accord, l’idée est née à Barcelone mais elle a été développée à Céret à partir de 2019, ce qui en fait une production bien locale. L’idée ? C’est Kuupanda, une application qui vient aider les agriculteurs, en particulier ceux qui commercialisent tout ou partie de leur production en vente directe, à ne pas se mélanger les pinceaux. Bref, à être plus carrés dans leur gestion quotidienne. Simon Redondo est l’agriculteur de cette bande de quatre entrepreneurs. Producteur de fruits et de légumes à Céret, il a servi de super bêta testeur à l’application tout en détaillant ses besoins pour développer les outils. “Cela me fait gagner pas mal de temps, je peux travailler sur mon téléphone un peu n’importe où et ça limite les risques d’erreur avec des bons de commande ou de livraison qui peuvent s’égarer, rester dans la voiture…”

Logistique

S’il n’utilise pas toutes les fonctionnalités développées, il apprécie particulièrement la synthèse des commandes qu’il peut consulter avant d’aller au champ pour cueillir, ainsi que les formulaires de commande ou la possibilité, pour un client, de commander à plusieurs producteurs en même temps, “mais à condition que ceux-ci se soient organisés en amont pour la logistique !” précise-t-il. “Il y a aussi la simplification des expéditions plus lointaines avec le lien que nous avons pu faire avec Chronopost ou Chronofresh. Souvent, jusqu’ici, nous répondions oui à ce type de demande, mais sans savoir trop comment faire et sans tarifs négociés…” De son propre aveu, il lui reste donc maintenant surtout à prendre le temps d’animer sa base clientèle à partir des outils fournis par l’application.

La Covid et le destin

L’application a beaucoup évolué depuis sa pourtant récente création. “Notre ambition de départ, c’était de faciliter l’accès aux produits locaux pour les consommateurs. Nous étions à Barcelone, dans une grande ville, nous savions qu’il y avait des producteurs tout autour mais nous étions incapables de les identifier ou de savoir
où ils étaient. Ça a été le moteur de départ pour la création de la place de marché qui faisait l’interface justement entre producteurs et consommateurs” raconte Arnaud Watine, un des quatre associés. Et là, le destin est venu donner un coup de pouce dont il a le secret, sous la forme de la Covid et des confinements. Pendant cette période, les consommateurs se sont en effet tournés vers les producteurs locaux en masse. Le boom d’activité est immédiat, mais ne durera pas. Ces derniers mois, les consommateurs sont revenus à la routine. Entre-temps, le projet avait mûri et les quatre associés développent plutôt un outil complet de gestion pour permettre aux agriculteurs de gagner du temps dans leur activité commerciale. Avec un recentrage sur la clientèle professionnelle.

200 utilisateurs actifs

“Nous avons laissé un peu de côté la place de marché pour essayer de simplifier au maximum la gestion des flux, à la fois pour les producteurs mais aussi pour les clients, les magasins, les restaurateurs…” Kuupanda compte aujourd’hui environ 500 membres dont 150 à 200 sont réellement actifs, surtout en région Occitanie. “Mais cela dépend aussi des saisons, des produits, ce chiffre est assez variable” détaille encore Arnaud Watine. Preuve de l’intérêt, leur solution a été adoptée par Groupama et intégrée au programme de rapprochement entre producteurs et consommateurs de l’assureur, Granvillage. La start-up bénéficie également de l’accélérateur d’Hectar, l’école d’agriculture créée par Xavier Niel en région parisienne.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.