Confinement : la guerre des nerfs ! (Par Jean-Paul Pelras)

« A partir du 15 décembre, le principe c’est qu’on retrouve la liberté de circulation » déclarait en début de mois sur LCI Jean Baptiste Djebbari, ministre délégué aux Transports, avant de rajouter : « Vous aurez 100 % des trains qui seront disponibles et les billets seront échangeables et remboursables jusqu’au jour du départ. Il n’y a aucun problème à réserver »

Quinze jours plus tôt, Elisabeth Borne, ministre du Travail, déclarait en parlant des professionnels du ski : « Je ne veux pas qu’ils hésitent à recruter les saisonniers dont ils vont avoir besoin, et donc on est en train de s’organiser pour que ces saisonniers puissent être recrutés normalement, et bénéficier si nécessaire d’activité partielle, si l’activité des stations de ski n’était pas au niveau escompté » Une déclaration qui n’a pas forcement été bien digérée par les intéressés, considérant le sort  qui fut réservé dans la foulée aux professionnels de la montagne contraints de baisser leurs rideaux à minima jusqu’au 20 janvier…  Il est vrai que, depuis le mois de mars, nous ne sommes plus à quelques contradictions près.

Concernant le communiqué  du ministre des Transports, nous verrons jeudi soir s’il avait ou non raison d’inciter les Français à réserver des billets de train pour partir quelques jours en vacances ou se rendre dans leurs familles à l’autre bout de la France. Et ce, alors que les conditions du déconfinement pourraient évoluer vers un retour à certaines restrictions. Le maintien des attestations dérogatoires ou l’instauration d’un couvre-feu dès 17 heures figureraient parmi les pistes envisagées. Un Conseil de Défense doit se tenir demain mercredi.  Jean Castex doit s’exprimer jeudi soir pour dévoiler les nouvelles mesures. En attendant …, nous attendons !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.