Circulez, y’a rien à voir [par Dorothée Boyer Paillard]

Bah les gars, vous faites quoi franchement ? Z’avez rien d’autre à faire que de parler de ce pauvre président victime des complotistes infâmants ? Ils salissent le pauvre bougre et entachent une République irréprochable… Les cabinets de conseils payés par le contribuable sont souillés par les propos que vous osez tenir. Comment penser qu’ils ont joui de l’argent public pour des missions qui auraient dû être remplies par ces hauts fonctionnaires incapables ? Non ma bonne dame, ils ont travaillé pour la nation, pour l’honneur de la patrie, dans un but désintéressé, dans l’intérêt général.

Ah mais en plus vous insistez… Non, ce cher petit ange n’est pas responsable de la crise ukrainienne, là vous abusez, il ne fait que jeter un peu d’huile sur le feu. Huile, au passage, qui manque dans les rayons des supermarchés, comme beaucoup d’aliments d’ailleurs. Lui et l’UE ne sont responsables que des augmentations du prix de l’essence et des denrées alimentaires. Dans un monde globalisé, ayant laissé filer son agriculture, son industrie, ses compétences, les pays de l’UE et surtout la France, se retrouvent cul-nu quand la bise fut venue. Baissez votre chauffage de quelques degrés, couvrez-vous ! La crise d’autoritarisme dont font preuve nos dirigeants européens, (non excusez-moi, de bêtise crasse), doit nous conduire, les prochains mois, vers des restrictions intenses. Vous me direz, régime sec pour tout le monde, on sera tous maigres car en plus, sous les bombes, on aura appris à courir vite… Plus besoin de prévention pour le trop de gras, trop de sel, trop de sucre, trop d’alcool, trop d’âneries, nous aurons tous la santé ! Mais attention, sous les bombes, il faudra sortir avec le masque et le QR code, parce que dans certains pays bombardés, ils sont vraiment inconscients, ils ne les portent même pas…

Un monde dirigé par des cinglés

Vraiment, l’incompétence et la corruption mènent à ce que nous vivons depuis plusieurs mois et ce que nous allons encore vivre. Nous sommes tirés vers le néant par des dirigeants n’ayant même plus le sens de l’honneur, des comédiens qui théâtralisent la moindre de leurs actions. Sont-ils conscients de leurs actes ou vivent-ils dans un monde parallèle au nôtre ? Quoi qu’il en soit, oser critiquer le pouvoir, aujourd’hui, vous vaut d’être traité de complotiste. Le but avéré de cette insulte facile est celui d’annihiler toute contestation, de faire taire celui qui pourrait penser par lui-même, qui pourrait simplement s’interroger.

Ces élections sont les plus difficiles de cette Ve République. Que souhaitons-nous ? Un monde dans lequel les plus faibles, l’empathie ou encore la moralité, n’ont aucune place ? Un monde dirigé par des cinglés, conduit par des politiques mondiales similaires, gommant toutes les identités, les différences, les typicités, les valeurs ? Souhaitez-vous d’un monde aseptisé dans lequel le débat n’a plus sa place car des supposés petits génies – du mal – sont devenus les super-leaders d’une haute finance transcendant les États-Nations ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.