Le préfet en tournée dans les vignes

Le préfet est allé à la rencontre de la filière viticole. La vendange 2022 devrait être égale à celle de 2021.

Après la visite à la filière arboricole, le nouveau préfet du département, Rodrigue Furcy était convié vendredi 16 septembre à la traditionnelle tournée des vendanges. Après un crochet à Espira de l’Agly au Domaine de Gardiès, c’est à la cave coopérative de Cases-de-Pène que se tenait la réunion. Le lieu n’avait pas été choisi par hasard puisqu’il impliquait de passer devant les nombreux panneaux d’opposition au projet de construction de l’usine de production de bitume d’Eurovia entre les deux communes. S’ensuivait une longue plongée dans la viticulture départementale dont la vendange, cette année, devrait être, peu ou prou équivalente à celle de l’an dernier, autour de 535 000 hectolitres. La sécheresse a largement amputé le beau potentiel du début de saison. Passés les chiffres, Fabienne Bonet, présidente de la Chambre d’agriculture, insistait longuement sur le dossier de l’eau et des difficultés rencontrées par la filière pour développer les réseaux d’irrigation propre à maintenir les rendements des vignobles rappelant qu’ici, sans l’eau du Rhône accessible en Languedoc, le prix de l’installation est multiplié par deux (12 000 euros hectares contre 6 000 ailleurs). Elle rappelait aussi les difficultés immenses que rencontrent les projets de stockage, en particulier celui imaginé pour développer l’irrigation dans les Aspres.

Une foule de dossiers

De l’eau au feu il n’y avait qu’un pas habilement franchit par la présidente de la Chambre qui en profitait pour souligner l’apport de l’agriculture à la défense contre les incendies en soulignant que « sans rentabilité économique, les exploitations et les cultures ne seront plus là pour servir de pare-feu. » Président de la fédération départementale des coopératives, Guillaume Ribes réclamait pour sa part une vraie simplification administrative, une dérogation au décret tertiaire pour les bâtiments de stockage et le règlement des dossiers d’aides et d’indemnisation pour le gel de 2021. Pour les vignerons indépendants, Guy Jaubert rappelait la demande du secteur de pousser l’amortissement du PGE à 10 ans pour soulager les trésoreries et l’adaptation de l’assurance récolte. Pour le syndicat des vignerons, David Drilles rappelait que l’image du département était beaucoup liée au vignoble et que des projets comme celui de la nouvelle prison ou l’usine d’enrobé allaient à l’encontre de tous les efforts faits pour développer l’agritourisme. Il en profitait enfin pour réclamer la pérennisation du TODE et des efforts des pouvoirs publics pour faciliter le recrutement de main-d’œuvre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.