Brigitte et Dany passent à la télé ! [par Jean-Paul Pelras]

Que les intéressés se rassurent, avant de rédiger cet éditorial j’ai pris quelques cachets, de ceux que l’on trouve dans les sachets de bonbons, des roses pour juguler la tension, des bleus pour apaiser la colère, des verts pour contenir l’indignation, des jaunes pour dissiper mon émotion. Et puis, enfin apaisé, j’ai revisionné ces séquences pendant lesquelles Brigitte et Dany s’exprimaient récemment à la télévision.

La première pour évoquer la campagne des Pièces jaunes sur TF1, en prime time comme il se doit. Et le second pour parler de son dernier livre coécrit avec Patrick Lemoine intitulé “Français, mais pas Gaulois”. Précisons que lorsque, impatient de parcourir le (espérons-le) tout dernier chef d’œuvre du révolutionnaire, on tape sur les moteurs de recherche “Livre Cohn Bendit”, le choix se porte encore pour l’instant sur un autre ouvrage édité en 1975 intitulé “Le grand bazar”. Avec cet extrait publié dans de nombreux médias dont L’Obs en 2009 : “Il m’était arrivé plusieurs fois que certains gosses ouvrent ma braguette et commencent à me chatouiller. Je réagissais de manière différente selon les circonstances, mais leur désir me posait un problème. Je leur demandais : « Pourquoi ne jouez-vous pas ensemble, pourquoi m’avez-vous choisi, moi, et pas d’autres gosses ? » Mais s’ils insistaient, je les caressais quand même”. L’ex député écologiste européen, un temps expulsé en Allemagne, qui obtint la nationalité française en 2015, avait ensuite tenté de minorer ses dires en déclarant : “J’ai raconté ça par pure provocation, pour épater le bourgeois”.

Bon, nous n’allons pas, ici, revenir plus précisément et plus longuement sur les déclarations, également consultables sans les archives d’Apostrophes, du militant libertaire. Et nous nous en tiendrons aux propos de Cohn Bendit concernant le chef de l’État. Il déclarait donc récemment dans Le Point : “Emmanuel Macron est très Français. Il est extrêmement intelligent. Il a une grande connaissance de l’histoire de France et une mémoire incroyable, il est fascinant pour cela.” Fin de citation ! L’épouse du locataire de l’Élysée n’étant pas moins dithyrambique à l’égard de son mari, précise sur le plateau de Gilles Bouleau et devant des millions de téléspectateurs : “J’ai un mari qui est adorable avec sa femme (…) C’est un homme profondément honnête et profondément vrai”. Premier constat, Jupiter à au moins deux fans, c’est déjà ça !

La légitimité des “obligés” du pouvoir

Continuons avec cette question, toujours posée par Le Point (14-01-2023 – Jérôme Cordelier) : “Les syndicats ont-ils raison de vouloir bloquer la France pour s’opposer à la réforme des retraites ?” Et celui qui a pourtant prospéré politiquement pendant plus de 40 ans sur les arpents du terreau contestataire de répondre : “C’est une mobilisation has been, rétrograde.” Un point de vue parmi d’autres comme celui concernant “l’identité française” évoqué récemment sur le plateau de C à vous (France 5) par Cohn Bendit venu promouvoir son bouquin, sur une chaine du service public tant qu’à faire.
Même soutien à l’égard de la politique gouvernementale, pourtant décriée par une majorité des Français, de la part de Brigitte Macron : “J’entends que ce n’est pas de gaîté de cœur que la réforme est lancée mais que, sans cela, le système ne tient pas à long terme”(…) “Moi, tout ce que je peux dire, c’est que les Français dans la difficulté ont toujours réagi positivement” (…) “J’ai envie de dire aux jeunes « tout est fait pour que vous ayez une retraite »”.

Deuxième constat, sous forme d’interrogation cette fois ci : deux retraités, de surcroît relativement privilégiés, sont-ils suffisamment qualifiés pour évoquer l’avenir et le quotidien de ceux qui ne le sont pas encore ? Questionnement qui vaut pour tous ceux qui défendent cette réforme, une tisane posée sur le guéridon, un plaid jeté sur les épaules, un labrador allongé devant les pantoufles, un livre de Gide ouvert près de la cheminée et la certitude absolue d’avoir bien voté au printemps dernier.
Reste à savoir si les interventions de Brigitte et de Dany porteront leurs fruits dans un contexte où la légitimité des “obligés” du pouvoir est plus que jamais, décriée, contestée, détestée !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.