Bons vins, bons pains ! [par Yann Kerveno]

Les vignerons indépendants du département s’allient avec les artisans boulangers des Pyrénées-Orientales.

Comme il y a deux ans, les Vignerons Indépendants des Pyrénées-Orientales ont trouvé un partenaire pour renforcer leur présence dans le paysage estival. Après les restaurateurs, ce sont aujourd’hui les artisans boulangers qui marcheront de concert avec eux. “Nos métiers sont très proches, nous partagerons beaucoup de points communs, de valeurs communes également” précisait Romuald Cerezo, président du Syndicat des artisans boulangers. “Après l’association des maires du département, puis l’Union des métiers de l’hôtellerie, les boulangers se sont imposés naturellement quand nous cherchions un partenaire pour cette été” abonde Guy
Jaubert, président des vignerons indépendants du département. “Nous avons les mêmes valeurs. Nos points communs sont nombreux ! Nos entreprises sont des entreprises de proximité, les processus de fabrication sont semblables et font appels aux mêmes procédés, la fermentation, nous sommes des artisans, nous faisons de la vente directe, nous ne sommes pas délocalisables… Et c’est aussi tout un tissu de petites ou de très petites entreprises” ajoutait-il.

300 000 sachets

Pour Jean-Philippe Sage, de la boulangerie Castor & Pollux choisie comme lieu d’accueil de la signature de la convention entre les deux syndicats, les points communs portent aussi sur le côté social : “Comme les vignerons, les boulangers ont en face d’eux des mastodontes, des grands groupes, des chaînes qui font appel à des emplois peu qualifiés alors que dans nos entreprises de la boulangerie artisanale, nos emplois sont qualifiés, il faut du temps pour former un employé.” Dans quelques semaines donc et tout l’été, les baguettes d’une cinquantaine de boulangeries artisanales du département seront servies dans un sachet en papier aux couleurs des deux syndicats. 300 000 sachets sont à l’impression et la collaboration entre les deux syndicats pourrait se prolonger au delà de cette première action. “Nous réfléchissons à mettre en place des actions tout au long de l’année, ce ne sont pas les idées qui manquent” expliquait Guy Jaubert. Autour de la galette des rois et du muscat de Noël par exemple, ou pour Pâques et le temps des chocolats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *