Pars vite et reviens tard

CLT : “Cito, longe fugeas, tarde redeas”… Avant que Fred Vargas n’en fasse un roman éponyme, Hippocrate préconisait déjà cette méthode pour lutter contre les épidémies et, plus précisément, contre la plus connue d’entre elles, la peste. Jean Carrière (la Caverne des pestiférés) faisait, lui aussi, sans la nommer, référence à cette recommandation qui préconisait de partir le plus vite et le plus loin possible de l’épicentre d’une épidémie et de n’y revenir qu’une fois celle-ci définitivement éteinte. Depuis 2 500 ans, l’histoire serait-elle donc un éternel recommencement et notre principale peur serait-elle celle des épidémies incontrôlées ? Avec comme psychose partagée, celle d’une mort annoncée devant laquelle nous devrions fuir. Alors même que les médecins sont impuissants à imposer des attitudes préventives, vaccinales notamment, alors que les “marchés” ne parviennent pas à prendre la mesure de leur impact délétère sur l’avenir de la planète, quand le commerce dérégulé nous précipite, à moyen terme, vers la possibilité d’un cataclysme irrattrapable, un petit virus grippal vient anéantir la progression des transactions financières, le prix du baril de pétrole, la circulation des individus et la tenue d’évènements sportifs jusqu’alors considérés comme prioritaires ! Comme diraient les jeunes : ça me troue le cul ! Pourtant, d’un point de vue strictement médical, la maladie qui préoccupe l’ensemble des populations mondiales et qui phagocyte la totalité des heures d’antenne des chaines d’information, est une maladie bénigne ! Une maladie dont la quasi intégralité des personnes atteintes vont guérir sans aucun traitement et sans aucune séquelle ! Une pathologie qui va, tout au plus, être le coup de grâce pour précipiter quelques vieillards affaiblis de l’autre côté de l’horloge du temps.

L’apparente anesthésie du bon sens
J’aimerais que quelqu’un m’explique comment l’annonce de quelques milliers de morts sur la planète est parvenue à intéresser autant de monde et à grever notre avenir à court terme avec autant d’efficacité ! N’ayant aucune explication évidente à proposer, j’en conclus deux hypothèses : soit nous sommes l’objet d’une stratégie absolument diabolique, soit nous sommes complètement cons. La première hypothèse, conspirationniste, ferait entrer en jeu des décideurs supranationaux, une puissance démoniaque ou l’influence d’extra-terrestres venus pour nous détruire. Elle a été, au Moyen-Âge déjà, évoquée comme responsable, donnant lieu à des exactions ciblées, des invocations diverses, des flagellations et des prières adressées aux grands saints pesteux de la basilique. Même si l’on devait m’affirmer qu’elle est plausible, je n’ai pas un esprit assez malléable pour essayer d’en envisager la possibilité rationnelle. La seconde hypothèse, qui admettrait que, finalement, nous sommes vraiment devenus très cons, à l’avantage d’être facilement démontrable. J’en veux pour preuve l’apparente anesthésie du bon sens dont la presque totalité de la planète est atteinte depuis maintenant un mois. Des rues désertes, des centres commerciaux dévalisés, des médecins en scaphandre autonome, des gens en parfaite santé qui se promènent avec des masques de protection et des dirigeants politiques aux abois qui abandonnent toute affaire courante pour essayer de faire accroire qu’ils ont les commandes en main ! Des Australiens qui s’écharpent en essayant de faire des stocks de rouleaux de papier toilette… Ils s’entretuent pour du PQ ! Je rêve ! Quand les gens ont peur, ils ne s’embrassent plus, ne se tendent plus la main et font des stocks de PQ ! Franchement, si l’humanité devait disparaitre, je pense que ça ne serait finalement plus une grande perte !
Putain les gars, il y a eu
10 morts du coronavirus en France en 4 semaines, alors qu’il y en a, chaque jour de l’année, 1 700 sans que cela ne vous tracasse, il y a des gens qui crèvent de faim partout dans le monde, la glace des pôles est en train de disparaitre et bientôt nous n’aurons plus d’eau potable… Et vous êtes prêts à vous terrer comme des rats pour une pathologie 10 fois moins meurtrière que la grippe saisonnière. Vous attendez quoi pour vous réveiller ? Peut-être que je vous dise que, sur les 1 200 cas recensés en France depuis un mois, s’il y a eu 10 morts, il y a surtout eu 1 150 patients qui ont guéri sans aucune séquelle, avec du Paracetamol et des jus de fruits et qui ont depuis longtemps repris le boulot ! Allez : lisez L’Agri, allez voter, embrassez-vous ou faites des “checks” mais arrêtez de psychoter !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *