Covid-19 : les coopératives bientôt dans l’impasse

Équipes réduites au minimum, expéditions limitées à la grande distribution locale, caveaux fermés… Les coopératives viticoles font le gros dos.

Si les vignerons indépendants sont à l’arrêt, le monde coopératif l’est tout autant qui se prépare à demi-mot à un « lockdown », une fermeture totale, comme celle annoncée cette nuit en Italie. « Tous nos caveaux sont fermés, nous avons mis en place de chômage partiel et conservé que le personnel minimum sur le site, notamment au chai » explique Hervé Lasserre, directeur de Terrassous. « La présence au chai, c’est essentiellement pour permettre d’éventuelles expéditions en vrac et surveiller les vins en production. » Tant que les routiers roulent, il assure pouvoir, le cas échéant, pouvoir livrer les besoins. « On a vu, ces derniers jours, surtout des achats de fontaines à vin, les gens ont stocké, ce n’étaient pas des achats plaisir… »

Trois mois pour un mois de chiffre d’affaires

« Le travail dans les parcelles est assez complexe » ajoute pour sa part Brice Cassagne, président de la cave Arnaud de Villeneuve à Rivesaltes. « Il faut gérer les flux de salariés, ils vont directement à la parcelle, il y a les contrôles… Mais globalement ça s’est bien passé en début de semaine. » À la cave, tout est, comme partout au ralenti, et seule la grande distribution locale est encore servie en bouteilles et en fontaines à vin. « Pour le reste de la France et l’export, il n’y a plus d’activité, et nous nous préparons à devoir tout arrêter dans les jours à venir »  ajoute-t-il. Question trésorerie, les caves n’ont rien à envier des difficultés rencontrées par les caves particulières. « La situation était déjà très complexe avec un début d’année catastrophique, en trois mois depuis janvier nous avons fait ce que nous faisons habituellement en un mois, même si nous sentons un petit frémissement en Chine où nous avons quelques stocks tampons. » 

« Nous attendons des mesures exceptionnelles »

Et les difficultés sont aussi encore devant. « Dans deux mois, les encaissements vont cesser, comment pourrons-nous alors maintenir le rythme de paiement de nos adhérents et des salariés ? » « La situation est la même dans toutes les caves » précise encore Guillaume Ribes, président de la coopération dans les Pyrénées-Orientales. « Le problème, c’est que nous n’avons pas de repères, ce que nous vivons est exceptionnel et nous ne pouvons pas deviner l’avenir. Nous espérons, parce que la situation sera très difficile, que le gouvernement mettra en place des mesures exceptionnelles, à la hauteur des enjeux des prochains mois. » 

Une pensée sur “Covid-19 : les coopératives bientôt dans l’impasse

  • 23 mars 2020 à 7 h 02 min
    Permalink

    Avec un réseaux de vrp multicartes à l’arrêt, payés à la commission, ils n’entrent pas dans les cases du chômage partiel. La coopérative devra donc se substituer sous peine de les perdre.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *