Lettre à Angela [Par Jean-Paul Pelras]

Attentive aux propos de votre alter ego gaulois, vous aviez donc relevé cette petite phrase, lancée devant les caméras de télévision par le premier d’entre nous le 24 novembre dernier : “Je veux aussi être clair : je ne rendrai pas la vaccination obligatoire”. Si l’on tient compte de l’adage selon lequel seuls les ânes ne changent pas d’avis, vous en conviendrez, Madame la chancelière, nous avons affaire ici à un cador, à un athlète, à un as, à un maître de la pirouette et de la palinodie…

Pour lire l’article entier, version papier ou numérique, abonnez-vous à l’Agri

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.