Les paysans sont écolos depuis la nuit des temps. Les écolos essaient d’être paysans de temps en temps ! [par Jean-Paul Pelras]

Pourquoi ce titre ? Parce que L’Agri, journal agricole et rural, défend le monde paysan depuis presque 75 ans. Parce que certains, sans connaître de l’outil ni l’usage ni le prix, prônent un changement de modèle inadaptable et inadapté aux contraintes économiques des filières agroalimentaires. Parce que l’activisme, les intrusions, les intimidations, les saccages, soutenus ou conduits par des lobbies idéalistes, nuisent au maintien, au développement et à la compétitivité de l’agriculture française. Parce que, au nom de l’environnement, nous ne pouvons accepter la stigmatisation médiatique et politique d’une profession qui s’efforce de garantir l’autonomie alimentaire du pays malgré les normes administratives, les contraintes environnementales, les caprices des éléments et les aléas du marché.

Ce numéro est donc consacré une fois de plus à la défense des agriculteurs. Un choix éditorial que nous assumons. La lettre destinée au ministre de l’Agriculture intitulée “L’État doit choisir entre les agriculteurs et les écologistes” illustre le malaise de plus en plus prégnant qui entoure les questions agricoles. Avec, à l’heure de la COP 26 et à quelques mois des présidentielles, une ingérence environnementale systématique dans les débats.
Dans les réunions, qu’elles soient syndicales, consulaires ou associatives, on ne parle plus d’économie, on parle d’écologie ! Pendant ce temps, les importateurs se frottent les mains et nos concurrents usurpent nos marchés traditionnels. Insidieusement et beaucoup plus rapidement qu’il n’y paraît, les agriculteurs sont en train de perdre la main au profit d’individus qui prônent déconstruction et décroissance. Ici, sur cette planète où, mis à part quelques enfants gâtés, la plupart des agriculteurs n’ont ni les moyens de tout arrêter, ni le temps de culpabiliser.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.