Le nouveau DRAAF en visite au lycée de Théza

Photo : Florent Guhl (à droite), DRAAF de l’Occitanie depuis 2020, a visité le lycée agricole de Théza aux côtés d’Anne Detaille, directrice du service régional de la formation et du développement à la DRAAF et de Thami Amine, directeur de l’enseignement agricole public des Pyrénées-Orientales.

Florent Guhl, directeur régional de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Forêt, a visité les campus agricoles de Théza et Rivesaltes lundi. Cette toute première venue dans les Pyrénées-Orientales lui a notamment permis de découvrir les travaux de rénovation de l’internat et le projet de halle agroalimentaire de Théza.

C’est un internat encore en travaux, mais dont l’ouverture, suite à une rénovation totale, est prévue pour la rentrée de septembre, que le DRAAF d’Occitanie Florent Guhl a découvert, lors de sa visite du lycée agricole de Théza, lundi 15 mars. À ses côtés, Anne Detaille, responsable du service régional de la formation et du développement au sein de la DRAAF, connaissait elle déjà bien le site, puisqu’elle a dirigé l’Enseignement agricole public des Pyrénées-Orientales de 2010 à 2015. “L’internat pourra accueillir environ 100 lycéens et une trentaine d’étudiants” a expliqué Thami Amine, son successeur à la direction de l’Enseignement agricole public des Pyrénées-Orientales.

Une halle agroalimentaire ouverte aux professionnels

Florent Guhl a également découvert le potentiel du site sur lequel le lycée projette de construire une halle agroalimentaire. La Région travaille déjà sur le sujet et la question de la faisabilité est à l’étude avec les services de l’État. Cette halle, plus volumineuse et mieux équipée que l’actuelle, permettra aux élèves et étudiants des filières STA (Sciences et technologies des aliments) et STAV (Sciences et technologies de l’agronomie et du vivant) de travailler sur des projets d’innovation en partenariat avec les agriculteurs locaux souhaitant augmenter la valeur ajoutée de leurs productions en les transformant.

“La moitié des agriculteurs actuels sera partie en retraite sous dix ans”

Avec un taux d’insertion élevé et ce dans des branches professionnelles variées grâce à un enseignement “socle” général et technologique solide, le lycée de Théza répond aux critères du DRAAF en termes de formation. “Au niveau national, on estime que la moitié des agriculteurs actuels sera partie en retraite sous dix ans”, explique Florent Guhl. “Nous avons besoin de former une relève, et une relève qualifiée, susceptible de maîtriser suffisamment la haute technicité de l’agriculture moderne, notamment biologique. Il faut que les futurs agriculteurs puissent vivre correctement de leur métier en créant de la valeur ajoutée et répondre aux attentes de la société en termes de respect de l’environnement mais aussi de proximité, de circuits courts. Avec la crise sanitaire, cette attente s’est vraiment développée”. Bonne nouvelle, “l’agriculture est créatrice d’emplois. Elle permet de vivre et travailler ici, et d’accéder à des postes qualifiés” précise Anne Detaille. “L’enseignement agricole public des Pyrénées-Orientales a développé des partenariats avec l’INRA, le Civam Bio, la Chambre d’agriculture et toutes les branches professionnelles, dans ce souci de former de futurs professionnels qualifiés” rappelle Thami Amine. Le lycée de Théza, qui compte 215 élèves mais pourrait en accueillir jusqu’à 280, dispose d’une marge de progression qu’il compte bien utiliser pour participer au besoin de transmission des exploitations. Au-delà de l’agriculture, Il est aussi présent sur les filières de la biologie-écologie, de l’aménagement paysager et du territoire ainsi que des biotechnologies.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.