Intempéries : nouvelles menaces sur l’irrigation

Ensablement, destruction… Année noire pour les canaux et menaces sur l’irrigation estivale.

Les pluies importantes du début de la semaine ont fait gonfler les rivières à des niveaux peu coutumiers. C’est le cas de la Tête avec plus de 400 mètres cubes secondes au plus fort de la crue. Ces niveaux ont de nouveau affecté les ouvrages de canalisation branchés sur le fleuve, comme ils l’avaient été en janvier dernier. Le canal de Corneilla a de nouveau subit des dommages très importants. La digue, qui permet son approvisionnement avait crevé en rive gauche pendant Gloria. « Comme tout le débit de la rivière s’engouffre dans cette brèche, cela provoque une forte érosion » explique Sandrine Jaffard de l’Union des canaux. « Ce nouvel épisode a emporté environ 10 mètres de profondeur de la berge sur une centaine de mètres linéaires, dont une partie du canal. Ce sont 200 hectares qui ne pourront bénéficier d’irrigation cette année sur le secteur de Corneilla. Les travaux de reconstruction et remise en état sont estimés à 100 000 euros.

Attendre l’été.

En amont, les prises d’eau des canaux d’Ille et de Thuir ont été de nouveau ensablées, en partie combléee par des éboulement et devront être dégagées. « Mais pour cela il faut que la Têt retrouve un débit normal » précise-t-elle. Quant au canal de Corbère, s’il est protégé car prenant source directement au barrage de Vinça, les eaux sont bien trop chargées en matériaux pour que les stations de pompages soient remise en service ce lundi comme réclamé par les producteurs. Tout cela vient en plus des stigmates du passage de Gloria rappelle Sandrine Jaffard. « Les gros travaux de remise en état des seuils de prise d’eau des canaux d’Ille, Corneilla, Pézilla, 4 Cazals ne pourront donc être réalisés avant l’été avec un très faible débit. Il se pourrait donc qu’on ne manque pas d’eau cet été d’un point de vue hydrologique, mais que les restrictions viennent de l’état des canaux et des difficultés d’accès et des nombreuses contraintes environnementales pour leur remise en état. » 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.