En bref : ce qu’il faut savoir cette semaine [par Yann Kerveno]

Violence

Tout était en place pour que la saison 2022 soit bonne pour les producteurs de pêches et nectarines du département. La relative absence de production espagnole, annoncée, se vérifie laissant le champ libre aux fruits français. Mais c’est sans compter avec la guerre des prix sans merci que se livrent les distributeurs pour être moins cher, fût-ce d’un centime, que leur voisin. Conclusion : les prix sont pour l’instant corrects sur le marché mais décevants par rapport à ce qu’ils auraient pu être sans cette pression baissière. Et les négociations sont très tendues, voire violentes, entend-on ici et là.

Souffrance

Le coup de chaud de la mi-juillet est venu mettre à mal les espoirs des vignerons des Pyrénées-Orientales et de l’Aude. Survenant dans un contexte de sécheresse prononcée, les excès de chaleur sont venus saisir le végétal et brûler la peau des raisins. Alors qu’aucune précipitation sérieuse n’était envisagée jusqu’à la fin juillet, se pose déjà la question des rendements et surgit le spectre d’une quatrième année consécutive d’aléa climatique alors que le potentiel était, juste avant le début de l’été, des plus prometteurs.

Lauriane Tournier, Clos Cériane.

Prix

Fin juin, les Vignerons Indépendants des Pyrénées-Orientales ont mis en avant quelques-uns de leurs adhérents dans le cadre d’un concours organisé pour la première fois. Trois prix ont été décernés, le premier au domaine Boudau, à Rivesaltes, pour les neuf médailles glanées dans les différents concours cette année. Le deuxième a été attribué au domaine Carle-Courty, dans la catégorie agriculture et environnement parce qu’il est l’un des vignobles pionniers de la bio dans le département, sa conversion remonte à 20 ans maintenant. Enfin, c’est Lauriane Tournier, Clos Cériane à Trouillas, qui a été récompensée pour son dynamisme dans la catégorie œnotourisme et la création d’une manifestation dans son village, Vignes en folie.

Salons

Ajourné pour cause de Covid voici deux ans, le premier salon des Vignerons Indépendants des Pyrénées-Orientales se déroulera finalement cet automne à Saint-Estève, à l’espace Saint-Marmet, les 15 et 16 octobre 2022. 55 exposants seront présents durant les deux jours du salon qui sera ponctué par un repas où les vignerons ou partenaires pourront convier leurs clients le samedi soir.

Un nouveau pain en Ariège

À l’initiative de la marque Nòu Ariège Pyrénées et de la Chambre d’agriculture, un nouveau pain 100 % local, avec du blé provenant des plaines ariégeoises, sera bientôt proposé aux consommateurs. La farine sera produite par Les Moulins Pyrénées, filiale d’Arterris, et son moulin de Saverdun. Baguettes tradition française, pavés et pains individuels seront disponibles dès cet été dans une dizaine de boulangeries partenaires à travers l’Ariège et pourraient représenter un volume de 20 tonnes de farine.

La Jardinière vendue !

On se souvient de la polémique survenue lorsque Teraneo avait annoncé vouloir louer ses vastes installations illoises, La jardinière, au groupe espagnol Anecoop. C’était il y a quelques mois. Le projet avait finalement avorté suite à la bronca que cette information avait déclenchée. La coopérative de Saint-Hippolyte est toutefois parvenue à se séparer de ce bâtiment en le cédant récemment à un privé du secteur. Au grand dam de son voisin la coopérative Ille Fruits qui, intéressée, s’était positionnée pour l’acheter.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.