En bref : ce qu’il faut savoir cette semaine [par Yann Kerveno]

Le prix des vignes en 2021

Le marché de la vigne s’est traduit l’an passé par une augmentation sensible du nombre de transactions, 330, + 15 % par rapport à 2020, mais un recul tout aussi net des surfaces, 600 ha échangés, – 15 % dans les Pyrénées-Orientales. Dans le département, la moyenne des prix est stable et s’établit à 10 100 euros l’hectare en AOP et 10 000 euros hors AOP. Avec un pic à 21 000 euros sur Banyuls – Collioure et que les vignes revendiquées en Languedoc se vendent 6 000 euros plus chères que celles vendues en Côtes du Roussillon. Dans l’Aude, les transactions ont progressé de 17 % avec 780 ventes soit 2 100 hectares concernés, + 18 %. Le prix moyen s’établit à 10 600 € pour les vignes en AOP et 13 300 euros pour les vignes hors AOP (avec des moyennes à 9 000 euros en Corbières et Fitou). En France, le prix moyen d’un hectare de vigne en AOP est établi à 147 900 euros et 15 000 euros hors AOP et seuls quelques départements font moins bien en termes de prix, la Haute-Garonne, le Tarn et Garonne ou la Loire-Atlantique (muscadet).

Journée abricot à la Sica Centrex

La Sica Centrex organise sa traditionnelle journée de présentation du comportement annuel des variétés d’abricots. Un point sera également fait sur la campagne en cours. Ce sera le 2 août à 16 heures, dans les locaux de la Sica Centrex à Toreilles.

93 investisseurs pour la cave de l’Étoile

Lancé presque comme un pari, le groupement foncier viticole des amis de la cave de l’Étoile à Banyuls a dépassé toutes les espérances. Ce sont aujourd’hui 93 personnes qui ont investi, permettant de récolter près de 600 000 euros. Le groupement a déjà procédé à l’acquisition de 15 parcelles pour une surface de 17 hectares mis en valeur directement par la cave par le biais de prestataires. “C’est déjà très important pour la cave qui est alimentée par 12 hectares, ces achats représentent donc presque 15 % de nos surfaces. Nous aurions capacité à acheter le double de surface mais nous n’avons pas assez de main-d’œuvre pour les exploiter” regrette Jean-Pierre Centène, président de l’Étoile. “Tous nos efforts sont aujourd’hui consacrés à cela.”

Ouvrez le col !

La cave de l’Étoile a aussi rejoint le mouvement qui cherche à faire rouvrir le col de Banyuls, fermé à la circulation depuis des mois pour cause de contrôle des frontières, comme le précise Jean-Pierre Centène : “Nous avons quelques vendangeurs qui viennent de l’autre côté de la frontière et avec le prix de l’essence, ils ne feront pas le détour par Llança pour venir travailler nos vignes. Nous allons mettre en avant cet argument auprès de la préfecture pour essayer d’obtenir au moins une ouverture temporaire, le temps des vendanges.”

Sec de chez sec

Le coup de chaud de la semaine dernière ne va pas arranger la situation hydrique de l’Aude et des Pyrénées-Orientales. Pour suivre la situation, Météo France utilise l’indice d’humidité des sols agrégé. Pour l’Aude, il était déjà très bas le 12 juillet, à environ 0,2 (l’échelle va de 0 à 1, quand les sols sont gorgés d’eau) et pour les Pyrénées-Orientales, l’indice, aussi aux environ de 0,2, a déjà atteint un niveau record… Les zones les plus critiques, avec un écart de plus de 50 % à la normale (1991-2020), sont le Fenouillèdes, les Aspres et le Vallespir pour les Pyrénées-Orientales. Dans l’Aude, c’est le Razès qui est le plus concerné, ainsi que la montagne noire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.