Émergence inquiétante de la punaise diabolique

Depuis le mois d’août 2020, des signalements se multiplient à travers le territoire et révèlent une émergence inquiétante de la punaise diabolique, Halyomorpha halys en particulier dans les vergers français.

Originaire d’Asie orientale, cette punaise possède une forte capacité de dispersion active par le vol, elle est aussi très polyphage : cerises, abricots, kiwis, pêches, poires, pommes, prunes, raisins, noisettes… Maraichage, grande culture… Cet insecte piqueur-suceur provoque des dégâts notamment sur les fruits et légumes. La piqûre peut provoquer de la simple marque à la nécrose en passant par la déformation. En l’absence de prédateurs naturels, la probabilité d’une amplification des attaques sur de nombreuses espèces et sur tous les bassins de production français est forte avec des dégâts pouvant aller de 20 à 80 % des fruits à la récolte et des conséquences économiques graves comme aux États-Unis et en Italie.

De nombreux travaux de recherche et d’expérimentation se sont mis en place en France, en 2021. Pour faciliter les échanges, et mieux lutter contre ce fléau, la Fédération des fruits et légumes d’Occitanie a créé, avec plusieurs partenaires, un réseau national de piégeage pour surveiller la dynamique des punaises. Ces informations permettent de mieux connaitre la biologie de ce ravageur, et de tester l’efficacité de divers modèles de piégeage proposés dans le commerce. 123 pièges ont été suivis dans près de 23 départements par 45 partenaires (Chambres d’agriculture, Ceta, Fredon, INRAe…).
Les départements les plus touchés par la punaise diabolique ont été la Savoie, le Tarn, le Vaucluse et les Bouches du Rhône. L’espèce ayant eu le plus de dégâts est la poire, suivie par la pomme, le kiwi, la noisette et la pêche.

Le réseau a testé divers pièges : Diablex, plaque engluée, panneau englué, Agbio et plusieurs phéromones : Trécé, Progarein et Bioprox. La phéromone la plus efficace est la Trécé, le meilleur suivi a été fait par la combinaison Diablex + Trécé, l’addition de plaque engluée augmente le piégeage. Les panneaux englués permettent de piéger en très grande quantité et pourront peut-être servir de piégeage massif à certains moments du cycle (en automne par exemple).
Ce réseau et le suivi de ces pièges a permis d’affiner le cycle biologique de ce ravageur en France. Il montre une sortie des adultes de fin mai à fin juin et l’éclosion des larves de fin juin à fin septembre avec un pic vers le 15 août. La lutte (chimique) est conseillée lors de ces deux périodes et particulièrement à la sortie des larves.

Un site internet dédié à la punaise diabolique – https://punaisesdiaboliques.com – a été développé en 2021, il rassemble l’ensemble des informations sur ce réseaux et les dernières connaissances.

Fédération des Fruits et Légumes d’Occitanie

One thought on “Émergence inquiétante de la punaise diabolique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.