Changement de couleurs à Leucate [par Yann Kerveno]

La qualité de la vendange est belle dans les vignobles de Leucate et Quintillan.

La cave de Leucate a terminé ses vendanges sur une note positive, avec des volumes en progression de 15 % par rapport à l’an dernier. “Sans être exceptionnelle parce que les vignes ont stressé pendant l’été, la qualité reste belle” précise le président de la cave Lilian Copovi. “C’est rassurant parce que dans le contexte que nous connaissons, avec ce niveau de qualité, je ne suis pas inquiet pour nos débouchés” ajoute-t-il, “même s’il faudra passer par la case dégustation pour le faire savoir.” Pour être mieux placée sur ses marchés, la cave de Leucate a fortement anticipé, dès la fin des vendanges 2021. “Nous avons demandé à nos adhérents de nous faire part de leur volonté, de nous préciser vers quels types de productions ils souhaitaient se tourner, nous avons regardé en face les demandes de Cordier, par l’intermédiaire de Val d’Orbieu, puis nous avons fait converger les deux” explique-t-il. “Cela nous a permis de faire comprendre à nos vignerons ce qui était attendu en termes de maturité et de conditions sanitaires. En échange, il faut passer à la caisse, mais nous pouvons discuter avec Cordier, c’est une coopérative, ils connaissent nos contraintes.”

Progression des blancs et des rosés

Pour répondre à la demande, la cave a aussi largement fait évoluer la répartition des couleurs dans ses productions avec une progression importante des blancs et des rosés, passés en trois ans de 18 à 48 % des volumes. “Cette année, sur 50 000 hectolitres, nous avons produit 18 000 hl de rosés, 3 000 hectos de blancs doux, 7 000 hectos de blancs secs et 2 000 hectos de « blancs de noir », le reste en rouges, sans pour autant que cela nous bride dans notre capacité à, justement, produire des rouges si le marché, très lourd en ce moment sur cette couleur, change d’orientation. Nous conservons cette agilité grâce à notre chai.” Et pour border la qualité, la cave a fait appel à de nouveaux outils, l’imagerie satellite en particulier, “qui a permis d’écarter en amont certaines parcelles de façon objective. C’est important de pouvoir procéder ainsi en période de stress.” Ne manque plus que la pluie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.