Aux Rameaux et à Pâques, malgré le confinement, égayons nos papilles

Pâques approche et la filière viande des Pyrénées-Orientales souhaite, malgré le confinement, redonner à cette période festive une partie de sa saveur. Produits spécifiquement pour cette période, les agneaux et surtout les chevreaux, pourraient être des victimes collatérales du Covid 19. Pour éclairer nos repas, diversifier nos plats et éviter que le confinement ne réduise nos achats à une simple logistique d’approvisionnement, la Coopérative Catalane des Éleveurs et les Établissements Guasch se mobilisent pour vous approvisionner localement. Éleveurs, grands chefs et bouchers s’impliquent. Témoignage, cette semaine, d’une Toque Blanche et d’éleveuses. Retrouvez, la semaine prochaine, les témoignages de bouchers.

Les Toques Blanches solidaires : témoignage du “chef” Jean Plouzennec,
En pleine crise du Covid 19, nous tenions à soutenir l’initiative des Toques Blanches qui s’impliquent pour le personnel soignant. Car, si leurs restaurants sont aujourd’hui fermés, les chefs restent au travail. Extraits de conversations :
“Il faut s’occuper du personnel soignant car ils sont méritants. L’équipe des Toques Blanches souhaite témoigner de sa solidarité aux équipes médicales. Depuis plusieurs jours, nous cuisinons pour l’hôpital de Perpignan.”
“Dans les jours qui viennent, nous allons leur proposer une blanquette à base d’agneaux et chevreaux. Ces viandes sont extras, elles offrent plein de possibilités.”
“Nous voulons aussi jouer la solidarité avec l’agriculture. Il est nécessaire de consommer local… Allez voir votre boucher et profitez des fêtes de Pâques pour consommer du chevreau et de l’agneau.”
Retrouvez les recettes des Toques Blanches sur le site internet de la Chambre d’agriculture.

Témoignages croisés d’Isabelle Amarante, éleveuse et Capucine Pennequin, technicienne à la CCE
Dans les Pyrénées-Orientales, d’où viennent les chevreaux et agneaux commercialisés en circuits de proximité ?
“Les élevages de chèvres de notre département produisent essentiellement du fromages frais et de la tomme. Les chevreaux sont valorisés en viande”.
“Les brebis et les chèvres sont des animaux naturellement saisonnés : lorsque les jours décroissent, à l’automne, les femelles tombent en chaleurs. Avec une gestation de cinq mois, elles mettent bas de janvier à mars. Ce cycle naturel permet aux mères de tirer profit, au printemps, de ressources alimentaires plus riches. La saisonnalité des troupeaux caprins des Pyrénées-Orientales et le calendrier des fêtes religieuses coïncident donc pour nous permettre de déguster du chevreau à Pâques.”
Pourquoi le confinement est-il si impactant pour la vente des agneaux et chevreaux ?
“60 % de la consommation française de chevreaux se fait à l’occasion de ces fêtes de Pâques. De plus, dans les Pyrénées-Orientales, culturellement on consomme une viande au goût délicat. Les éleveurs ne peuvent donc pas se permettre de manquer ce rendez-vous. Ne pas vous déplacer pour acheter votre chevreau ou agneau pour Pâques, c’est un sacrifice pour vos papilles mais aussi pour les agriculteurs qui auront élevé des animaux difficilement vendables durant les semaines suivantes. N’ajoutons pas aux difficultés du confinement un impact économique à l’élevage fermier catalan.”

Chambre d’agriculture 66

Photo Vincent Copin. Recette élaborée par le chef Delprat du restaurant “le Yucca” au parc Ducup.

2 thoughts on “Aux Rameaux et à Pâques, malgré le confinement, égayons nos papilles

  • 1 avril 2020 à 9 h 29 min
    Permalink

    Bonjour jean paul,
    Suite au visuel employé pour l’article de Pâques sur l’agneau et le chevreau, il aurait été bon de donner le crédit photo, même si je l’ai laissée libre de droit… Photo Vincent COPIN. Recette élaborée par le chef Delprat du restaurant “le Yucca” au par Ducup.
    Merci et bonne continuation

    Répondre moderated

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.