Artichauts : la saison est lancée [par Yann Kerveno]

Les bases sont bonnes pour le lancement de la campagne 2021.

Si l’on a pu craindre que l’épisode de froid de janvier nuise à cette année de production, les conséquences en furent très limitées. “Le froid a surtout servi à ralentir un peu l’avancée des plantes” confirme Gilles Planas de la Chambre d’agriculture des Pyrénées-Orientales, “cette année nous sommes face à un calendrier normal et cette semaine nous entrons réellement en production avec 90 % des parcelles. Avec des plantes bien chargées et donc des volumes intéressants à la clé.” Et la concurrence ? Les producteurs bretons ont eux aussi échappé au froid, “mais, par contre, ils ont eu beaucoup d’humidité avec 500 mm de pluie entre octobre et mars, donc ils rencontrent des problèmes de pourriture et de mildiou.” La surprise de ce printemps vient plutôt de l’Espagne et surtout de la relative absence des artichauts espagnols sur le marché. “Il y a moitié moins de production destinée au marché français, on a l’impression qu’ils ont un peu abandonné ce créneau très concurrentiel” explique le technicien de la Chambre d’agriculture qui y voit peut-être le résultat du travail accompli auprès des distributeurs.

Surfaces en augmentation

“Chaque année, ils se font sortir quand les artichauts du Roussillon arrivent sur le marché en mars, cela a peut-être fini par les lasser, c’est très surprenant parce que l’année dernière les prix ont été bons” avance-t-il. Dans le département, l’artichaut attire toujours plus de producteurs, conséquence : les surfaces continuent de progresser d’année en année. “Cette augmentation est conforme à celle des années passées, elle est liée à l’arrivée d’arboriculteurs qui se diversifient et ouvrent des ateliers maraîchage et artichaut” explique encore Gilles Planas.
La Chambre d’agriculture, en lien avec Teraneo et des producteurs indépendants, poursuit de son côté son travail de régénération des variétés traditionnelles du Roussillon et l’amélioration de la production d’œilletons pour les cultures sous IGP en particulier. Enfin, cette année voit aussi la montée en puissance d’une nouvelle variété plus précoce que Sambo et destinée à la production bio, Green Queen. “Il y en a environ une cinquantaine d’hectares ce printemps et les résultats techniques sont très satisfaisants.”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.