Arterris : le légume pour offrir des opportunités de diversification [par Yann Kerveno]

Après avoir intégré la production bovine, la production ovine, Arterris souhaite accentuer sa diversification et mise sur les légumes, en croissance interne et externe.

La coopérative audoise vient d’annoncer en premier lieu le rachat d’un important opérateur du Sud-Est, Massaferro, spécialisé dans la pomme de terre. Devenue filiale du groupe coopératif à 100 %, pour un montant qui n’a pas été rendu public, Massaferro apporte d’importants volumes de pommes de terre, un réseau de distribution et un chiffre d’affaires de 23 M € annuels. Car c’est bien dans le Sud-Est, Massaferro est installé à Crau dans le Var, que se développe aujourd’hui l’activité légume frais du groupe Arterris. La coopérative a aussi un vaste plan de développement de production de carottes, en particulier en primeur, pour venir consolider l’activité de la station de conditionnement Silvacane, située à Laroque d’Anthéron.
“Nous cherchons dans un premier temps une quarantaine d’hectares de carottes supplémentaire du côté de la Camargue, des Bouches du Rhône et du Vaucluse” détaille Louise le Goallec, responsable technique des productions de légumes chez Arterris “pour alimenter la station qui conditionne actuellement déjà des carottes, mais aussi des navets et des radis noirs et est sous-exploitée au printemps”. La proximité de la station de conditionnement n’est pas la seule raison du choix de ce périmètre. “C’est une zone où les terres peuvent être suffisamment légères pour que les carottes s’y développent correctement et elles sont suffisamment chaudes pour profiter très vite des toutes premières chaleurs du printemps” ajoute la technicienne. Pour parvenir à 40 hectares de plus en 2024, la coopérative audoise espère séduire en particulier des producteurs de céréales qui peuvent intégrer la carotte dans leur rotation.

Carotte dans le Lauragais ?

Et pour convaincre ceux-ci de faire des tests, Arterris offre, en plus de l’appui technique, la possibilité de louer le matériel nécessaire à la culture, du semoir à la buteuse. Ces surfaces de carottes supplémentaires développées dans le Sud-Ouest pourraient produire en 2024 entre 1 500 et 2 000 tonnes, destinées au marché du frais et qui seront commercialisées par le groupement commercial Kultive, basé à Orléans. Ces quarante hectares ne sont toutefois qu’une ambition de départ pour le groupe qui compte bien aller plus loin, dans le Sud-Est mais aussi sous nos latitudes. “Si le pôle légume est très développé dans le Sud-Est, c’est une volonté du groupe que de redynamiser la production de légumes sur toute notre zone, depuis le Gers jusqu’au Rhône. Nous expérimentons différentes cultures avec pour objectif que chacun de nos producteurs puisse avoir des opportunités de diversification, comme cela est en place déjà pour l’asperge autour de Bram, mais nous avons aussi mené des expérimentations de carottes dans le Lauragais” explique encore Louise le Goallec.

Au cours de l’exercice 2019-2020, l’activité légumes frais a représenté pour Arterris un chiffre d’affaires de 28 M € pour 20 000 tonnes commercialisées avec en productions principales la carotte (6 200 tonnes) et le concombre (4 800 tonnes) sur un chiffre d’affaires global dépassant légèrement le milliard d’euros.

One thought on “Arterris : le légume pour offrir des opportunités de diversification [par Yann Kerveno]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *