Un air de Yaya

Karo était dans la cuisine et je lui ai dit : “qu’est-ce ça te dit Nakamura ?”. Elle éclate de rire et m’a répondu : “on nous demande un article sur une personnalité et pas une pub sur un vélo”. Mais non lui dis-je, “descends de ta planète, c’est la chanteuse qui passe en boucle dans les médias”. Avec une moue interloquée, elle me dit : “dans ce cas, débrouille-toi !”.
En voyant les photos de cette artiste, elle me conseille au passage quand-même de ne pas utiliser d’arguments allant de la pulsion scopique à la pulsion libidinale, sinon scandale, Alice ou Marlène arrivent et Didoo en taule. 
En fait, j’ai bossé, internet, analyse, découpage, comptage, définitions, toutes les paroles dès le début, c’est archi zéro-nul. Il n’y a rien, quelques phrases sans intérêt, sans but, peu de sens narratif. Rien n’est dit, et de ce fait, rien à en dire.
La musique ! Tu viens de dire “la musique” ! Effectivement, ça peut se nommer de cette façon-là, il y a bien une suite de notes qui peut susciter l’envie d’aller remuer son postérieur à 200 ou 300 dans une maison pour appartenir aux “rebelles du confinement”. Mais des algorithmes informatiques qui permettent à tout le monde de créer un “morceau” de musique, entendu 1 000 fois dans le cas qui nous occupe, ce n’est pas grand-chose, et sûrement pas ce qui se qualifie de musique. 
J’ai trouvé effrayant quand, face à une critique, elle rétorque que c’est parce-que ses textes ne sont pas compris. Une petite phrase reprise par Coluche dit “L’intelligence est la chose la mieux répartie entre les hommes, chacun s’en trouve assez pourvu”. Non Gérald, il n’y a pas outrage, je ne qualifie personne, je m’exprime.

Normal, je suis méchant !

Les paroles, la musique, Brel, Ferrat, Brassens, Mouloudji et son amourette, la foule de Piaf, Goldman, Cabrel, I AM, l’équipe à Jojo, les lacs de Michel, il y a de quoi s’inspirer, on n’est pas obligé de toucher le fond. Si vous voulez savoir j’aime aussi Katia Buniatishvili et je n’y connais presque rien en musique. 
Mais tu sais, ce n’est pas après toi que je suis en colère, ce sont les propos du député qui m’ont fait dérailler, son inculture, sa misère intellectuelle, son désir de paraître, d’être sur le devant de la scène, comme s’il n’avait que ça à faire… J’ai relu les textes de “Puisque tu pars”, “Potemkine”, “Sarbacane” et j’ai lu le parcours de Rémy Rebeyrotte, institut d’études politiques, maitrise d’économie politique, rien que les intitulés, ça m’a fait rire, normal je suis méchant et là ça saute aux yeux, de ton petit job de prof d’économie, politicard de mairie en conseil, avec un bagage d’études si mince, tu t’es pris pour Jacques Lacan à vouloir faire des néologismes ou des néo sémantèmes. Pierre Dac disait : “il vaut mieux se taire et passer…”
Conclusion : ce n’est pas parce que des programmateurs vénaux, centrés sur le pognon, diffusent n’importe quelle merde qu’il faut écouter. C’est notre faute si nous en sommes là, on n’a pas coupé la radio, on a laissé la TV allumée, on n’a pas transmis à nos enfants le goût des belles choses, qu’elles soient paroles ou musiques, on n’a pas écouté en famille “La montagne”, puis parlé du message véhiculé, Ne croyez pas que je sois méchant, vivre en Absurdistan me rend triste.
PS : ne pense pas que je ne sache pas écrire ton nom, ni que je n’ai pas lu ta justification.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.