Infirmière en Conflent : Un sentiment d’immense solitude

Carole Gironne est infirmière libérale en Conflent et haut Conflent. Sa préoccupation principale en ces temps très compliqués ; assurer la prévention des patients : « Bien sûr, il s’agit majoritairement de personnes âgées. Nous les soignons mais nous devons aussi les protéger,  donc nous protéger. C’est sur ce point que je me suis souvent sentie seule et démunie aux premiers jours du confinement car nous n’avions pas de matériel adapté. Nous avons commencé à espérer quand le président de la République est intervenu, quand il a reconnu les carences, quand il a dit que tout allait etre mis en place pour y pallier. Une prise de conscience qui arrivait enfin. Et pourtant on ne peut pas dire que les choses soient réglées pour autant.

« Nous restons dans le bricolage »

Sur les centres Covid 19 mis en place dans différents points du département comme ici à Prades, c’est l’interne coordinateur qui doit se débrouiller pour se procurer le matériel, bien souvent auprès d’entreprises privées. Les garagistes ont fourni des kits de protections pour les véhicules, le lycée de Prades a fourni des gants, des masques. La solidarité fonctionne bien. Mais nous restons dans le bricolage. On nous recommande de doubler des masques chirurgicaux en-cas de contact avec des patients en suspicion de covid 19, car absence de masque ffp2 sur le terrain ! Et que dire des auxiliaires de vie pour personnes âgées qui doivent travailler dans certaines associations medico-sociales avec des dotations en équipement dérisoires. Trois masques par semaine qu’elles lavent le soir chez elles…. » Carole Gironne aurait beaucoup à dire sur ce quotidien qui épuise les soignants et toutes celles et ceux qui  sont aux cotés des plus faibles en risquant pour leur familles, pour leur environnement personnel. «  En arrivant chez moi, je passe par une sorte de sas de décontamination. Je ne mélange pas mes vêtements au linge de la maison et tout passe à la machine très vite, je me douche tout de suite et je n’ai plus aucun contact avec les personnes âgées de ma famille. Nous en sommes là ! »

J-Paul Pelras

One thought on “Infirmière en Conflent : Un sentiment d’immense solitude

  • 27 mars 2020 à 13 h 36 min
    Permalink

    Nous sommes de tout cœur avec nos soignants, qui, malgré des conditions de travail inadmissible en ces circonstances, se dévouent pour assurer les soins auprès de leurs patients.
    Merci pour votre implication.

    Répondre moderated

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.