Gel : les dégâts sont nombreux et importants.

Dans les Pyrénées-Orientales et l’Aude, le gel a frappé durement dans la nuit du 7 au 8 avril. La vigne a particulièrement souffert mais toutes les productions végétales sont concernées.

Au regard des autres très nombreux départements touchés en France, dont l’Aude, l’Hérault, le Gard, par cet épisode de gel, la situation des Pyrénées-Orientales ferait presque envie. Presque parce que si tout n’a pas été détruit comme dans la Drôme, la facture sera lourde. Pour la vigne, comme nous le disions hier, c’est le secteur d’Estagel qui a le plus souffert. « C’est la zone comprise entre Maury, Estagel, Montner et Latour où les dégâts sont les plus impressionnants » explique Julien Thiery de la Chambre d’agriculture, au terme de la tournée qu’il a effectué dans le vignoble dès jeudi matin. « On sait que c’est une zone très sensible au gel, mais là c’est terrible, les dégâts sont compris entre 80 et 100 %. Il y aura une perte de récolte et tout aussi grave, certains plantiers sont complètement grillés…. » Autre zone concernée, la Salanque où les chardonnay, les cabernet-sauvignon et les merlots ont gelé. Ailleurs les dégâts à la vigne sont concentrés dans les bas-fonds. « Tous les secteurs sont concernés, au-delà de Maury, vers Caudiès, vers Tautavel, dans les Aspres. » Seule la côte Vermeille a été épargnée.

Et les cerises

Mais la vigne n’est pas la seule à avoir souffert, l’arboriculture a aussi payé un lourd tribut au gel de ce 8 avril. « On pensait que les dégâts seraient limités pour les arbres, mais à mesure que nous avons avancé dans la journée de jeudi nous avons commencé à voir l’ampleur des dégâts » explique Éric Hostalnou de la Chambre d’agriculture des Pyrénées-Orientales. « Les températures sont descendues jusqu’à -3 en Conflent autour de Prades, – 1 à – 2 en plaine. C’est donc le Conflent qui est le plus touché, les pêches et les abricots ainsi que les poires sont bien grillés, pour les pommes il faut attendre un peu avant d’avoir une idée. » Dans la vallée de la Têt des dégâts aux vergers ont été signalés mais de manière très ponctuelle, dans la Salanque des dégâts ont été constatés sur les fruits, « avec, c’est très inhabituel des dégâts de gel jusqu’en haut des arbres » souligne-t-il. Dans les parcelles d’artichaut enfin le gel est passé, mais comme pour toutes les productions il faudra attendre quelques jours avant de pouvoir dresser un bilan consolidé de cet événement.

Plus de 50 % de dégâts dans l’ensemble de l’Aude

Catastrophe. Dans l’Aude ce mot prend tout son sens tant tout a grillé. Le gel a tapé partout et fort. La quasi-totalité des communes viticoles enregistre des pertes supérieures à 50 %. Seule le piémont de la montagne noire et une petite frange littorale entre Leucate et Fitou ont été moins touchés, avec des dégâts estimés à moins de 50 %, mais les dégâts sont quand même bien présents. « La situation va être très difficile » reconnaissait Pierre Ninville du syndicat des vignerons de l’Aude avec qui nous avons dressé un rapide bilan du désastre. « Même les anciens n’ont jamais connu cela, cela va être très difficile pour les entreprises et les vignerons, nous allons avoir besoin de soutiens et nous accompagnerons les vignerons au long de cette année. » 

Reste maintenant, dans quelques jours, quelques semaines, à établir un bilan définitif du gel de 2021 déjà entré dans les annales. Et d’en estimer aussi l’impact sur le monde agricole. On voit déjà resurgir les polémiques sur les assurances, le gel est une calamité assurable, ce matin, le ministre de l’agriculture Julien Denormandie, a assuré que le régime des calamités agricoles déployé pour l’arboriculture allait être étendu à la vigne. Mais nul besoin d’être grand clerc pour imaginer que la situation de la viticulture locale, triplement éprouvée par le recul des ventes de rouges, les conséquences économiques du Covid avec la fermeture de la restauration et une pression de mildiou sans précédent l’an passé, va passer du stade « c’est compliqué » à celui du « qu’est-ce qu’on fait maintenant ? »

Lire aussi : Un épisode inédit en France ? 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *