Viti : la Région Occitanie met 7M€ sur la table

La Région met 7 M€ sur la table pour cofinancer la relance avec les entreprises et les interprofessions qui ajouteront 7 M€.

La présidente de la région Occitanie Carole Delga a présenté ce vendredi matin le plan concocté pour venir en appui à la viticulture régionale. Ce sont au total 14 M€ qui seront mobilisés pour aider la filière. L’apport de la région s’élève à 7 M€ complétés par 7 M€ en provenance des interprofessions ou des entreprises. Selon le modèle, un euro investi égale un euro d’aide, 80 % des crédits engagés étant dévolus aux entreprises. S’il n’y a pas eu de ventilation géographique, par département ou vignoble, le plan comporte trois axes : les aides directes aux entreprises (5,5 M€ de la région) sous forme d’un Pass relance destiné à les aider à remettre en route et développer leur activité commerciale (salons, voyages de prospections, animation…) ; les actions collectives interprofessionnelles dotées d’un million d’euros par la région auquel s’ajoutera un million dégagé directement par les interprofessions et le soutien à la promotion doté de 0,5 M€ pour mettre en avant les vignobles et vins d’Occitanie. Avec une campagne inspirée de celle vantant les commerces locaux « dans ma zone » qui a fleuri il y a quelques semaines.

Jusqu’en décembre 2021

Ce plan, complémentaire des mesures nationales dont l’Agri s’est déjà fait l’écho et qui vient de connaître des avancées notables, contient aussi un volet de conditionnalité pour l’obtention des aides : la contractualisation pluriannuelle entre opérateurs. Et il se prolongera sur 18 mois. « C’est une demande importante que nous avions d’être ainsi accompagné jusqu’à la fin de l’année 2021 avec plan. Parce que nous savons que le tourisme est un facteur important de consommation et que nous n’avons, pour l’instant, aucune certitude sur le marché touristique de l’été 2020. Il fallait donc que nous puissions préparer l’été 2021 » précise Philippe Bourrier. « C’est aussi un plan qui concerne toutes les entreprises de la filière des plus petites aux plus grandes et nous allons aussi en profiter pour essayer de toucher les restaurateurs, ce sont des clients importants pour nos vignobles, pour les aider à redémarrer. » Le Conseil interprofessionnel des vins du Roussillon en profitera pour pousser les vins doux naturels mais aussi les rouges et les blancs dans les vins secs. « Il faut aussi que nous arrivions à « chasser en meute », c’est-à-dire à mener des actions cohérentes avec plusieurs entreprises pour être plus efficaces. » Si les modalités d’accès et d’usage du plan ne sont pas encore complètement fixées, elles le seront pour les plus urgentes à la prochaine commission permanente de la Région en juin, puis le reste lors de la prochaine assemblée plénière en juillet. Une plateforme numérique dédiée sera déployée pour recueillir les demandes et les dossiers.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *