Eau de consommation : le marketing de la peur a encore frappé [par Yann Kerveno]

Coutumière du fait, l’association Générations Futures a, une nouvelle fois, inondé les fils d’information avec sa nouvelle étude censée montrer que les eaux de la France entière sont polluées par les pesticides. Oui mais. Comme à son habitude, l’association, qui milite pour l’interdiction de tous les pesticides de synthèse, omet de préciser les concentrations auxquels ces molécules ont été détectées. Pour mieux faire peur (et vendre sa soupe anxiogène), l’association parle de “limites de quantification dépassées”. Voilà un terme bigrement angoissant pour dire qu’on a trouvé quelque chose. Mais qui ne préjuge en rien du risque induit par la consommation de l’eau concernée, puisque la limite de quantification n’est pas corrélée au risque et aux seuils fixés par les autorités sanitaires. Les limites de quantification sont en plus intimement corrélées aux moyens de détection de plus en plus précis. Ce qui a valu, une nouvelle fois, une réponse sèche de l’UFC Que Choisir qui renvoie Générations Futures dans les cordes de sa malhonnêteté. D’ailleurs, on peut consulter la carte interactive de ce même institut pour constater que, dans les Pyrénées-Orientales et dans l’Aude, l’eau du robinet est globalement de très bonne qualité !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *