Des paysans ou des “coquelicots” : il faudra choisir !

Demain, autrement dit quand le ciel se sera éclairci, quand nous aurons retrouvé le chemin des plages et celui des restaurants, quand les rayons du supermarché seront à nouveau correctement achalandés, les politiques reprendront leurs places sur l’échiquier des conjectures en essayant de nous faire oublier, le plus vite possible, celui des conjonctures. Nous verrons alors revenir, entre autres prophètes, celles et ceux qui, parmi les environnementalistes du moment, ont dû se contenter de gigoter dans leur coin pendant que le monde essayait de se nourrir, sans rien trouver à redire cette fois ci, sur le modèle qui permet de garantir “la quantité”. Un modèle agricole désormais loué par nos dirigeants qui, en appellent à la solidarité, se transforment en recruteurs de main d’œuvre et invitent même la grande distribution à privilégier le produit français. Pour résumer la situation, en moins de quinze jours les agriculteurs de notre pays ont, pour certains, obtenu ce qu’ils réclamaient depuis une trentaine d’années.
Mais attention, car la lune de miel pourrait être de courte durée et la lune de fiel de retour avant l’été. En embuscade et confinés derrière des idéaux qui ne font plus recette depuis quelques temps, les écologistes préparent l’offensive. Tel le mouvement dit des “coquelicots” qui milite pour l’interdiction de tous les pesticides. Les “coquelicots” qui viennent de publier un communiqué où, tout en alimentant leur fonds de commerce, ils posent cette question : “les épandages d’engrais et de pesticides, qui redémarrent partout en France, peuvent-ils être une source de pollution de l’air et jouer en ce cas un rôle néfaste dans la propagation du virus ?”

Car ils n’ont plus de pot d’échappement à critiquer…
Nous y voilà, ou plutôt nous y revoilà avec un article paru dans le Parisien qui enfonce le clou vendredi dernier en évoquant “le retour des activités agricoles émettrices de particules fines”. Ou encore cette “analyse” publiée dans Libé : “La crise du coronavirus est une crise écologique. Destruction de la biodiversité, élevage intensif et explosion des maladies infectieuses : tout est lié. Il faut changer d’urgence de modèle agricole, pour éviter de nouvelles crises sanitaires”. Même combat pour Le Monde, qui revenait en début de semaine sur la publication du collectif “Air-Santé-Climat”. Sans oublier Nicolas Hulot qui, comme témoin d’une apparition divine, déclare sur BFM TV : “La nature nous envoie un message (…) Une sorte d’ultimatum”. Quel crédit faut-il apporter à ces observateurs qui jettent leur dévolu tantôt sur les activités humaines en leur faisant opportunément porter la responsabilité du progrès, tantôt sur les pratiques champêtres car ils n’ont, pour l’instant, plus de pots d’échappements à critiquer ? Et bien, ce sera le crédit que la société voudra bien leur accorder au lendemain de cette pandémie. Va-t-on à nouveau contraindre l’agriculteur avec des dogmes qui limitent son activité, sa compétitivité et sa capacité à maintenir notre indépendance alimentaire ? Ou bien va-t-on revenir vers un peu de bon sens, en exigeant de la part des écologistes, et ce sera certainement très compliqué, qu’ils en fassent preuve à leur tour ? En d’autres termes, entre les paysans et les “coquelicots”, il va falloir choisir.
Reste à savoir de quel côté vont se ranger les politiques qui ont, hélas, au moment des suffrages et une fois les crises passées, plus souvent besoin des seconds que des premiers.

Jean-Paul Pelras

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *