Artichauts français et italiens mélangés : les agriculteurs des P-O bloquent le « Carrefour » (Par J-Paul Pelras)

Coup de colère ce matin devant le Carrefour Claira dans les Pyrénées Orientales, avec des maraîchers Salanquais venus bloquer, symboliquement, l’accès du magasin avant ouverture. Un hypermarché où ils ont déposé palettes et plastiques pour protester contre les méthodes du distributeur. Et ce, précisons-le dans le canton où est produit la majeure partie de l’artichaut roussillonnais.

L’histoire débute par la visite du rayon légumes la veille et l’avant-veille. Elle est effectuée par des responsables des Jeunes Agriculteurs qui constatent « la présence d’artichauts italiens mélangés à des artichauts français ». Un procédé souvent dénoncé par le syndicalisme agricole, que ce soit pour les filières fruits, légumes ou vins, comme pour celle de l’élevage. Cette approximation dans l’identification pouvant induire en erreur le consommateur et avantager le distributeur car les marges réalisées sur du produit importé sont souvent supérieures à celles obtenues avec du produit français de qualité.

Une action de toute évidence justifiée car, comme nous l’a précisé par téléphone la chargée de relation presse établie hors département, l’enseigne reconnaît une erreur humaine d’étiquetage rectifiée depuis par la direction. Une direction qui, toujours selon notre interlocutrice, a sensibilisé ses équipes pour redoubler de vigilance sur la mise en place des étiquettes.

Des tensions qui interviennent entre agriculteurs et distributeurs à l’heure où les producteurs d’artichaut font face à une énième mévente. Avec, selon Pierre Hylari président des JA 66, « des prix en rayon de 3.29 euros la botte alors que nos maraîchers, quand ils y parviennent, doivent commercialiser leurs produits entre 0,80 et un euro. »

Jean-Paul Pelras

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.