Covid-19 : « Il faut que la distribution joue le jeu de l’origine France »

Pour Bruno Vila, secrétaire général de Légumes de France, la distribution doit cesser les importations.

Voilà une semaine que la France est confinée, comment évolue la demande ?

C’est très difficile d’y voir clair. Mais aujourd’hui, nous voyons poindre des difficultés sur les fraises et les asperges, ce sont des produits plaisirs, des achats impulsifs, et les consommateurs n’ont pas forcément la tête à ça. Ensuite, tous les volumes habituellement dévolus aux secteurs de la restauration n’ont pas été absorbés par la grande distribution. On ne sait pas comment la demande des consommateurs va évoluer. Est-ce qu’ils vont, avec le rallongement du confinement, vouloir se faire plaisir, consommer plus de produits frais ?

Le marché est-il fluide ?

Nous avons demandé à nos clients de jouer le jeu de l’origine France parce que nous trouvons encore beaucoup de produits d’importations, en fraise notamment, alors que nous sommes en pleine production. On ne peut pas se permettre, compte tenu du contexte, de vendre nos produits une misère parce qu’il y a de la concurrence étrangère. Nous bataillons aussi pour que les marchés de plein vent restent ouverts, nous avons des producteurs pour qui ce circuit est fondamental parce qu’ils ne travaillent pas avec la grande distribution ou le circuit long en général. Il faut que les préfets fassent pression sur les maires pour que les marchés restent ouverts.

La logistique ?

C’est un des points compliqués, les entreprises ont du mal à s’organiser, les conditions de travail des chauffeurs sont très difficiles, comme le reste de l’économie est à l’arrêt, les camions reviennent à vide, les tarifs ont augmenté.

La main-d’œuvre ?

Pour l’instant, ici ce n’est pas un gros problème, mais c’est déjà le cas dans d’autres régions comme autour de Nantes par exemple.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *