Une forêt native à Perpignan [par Gérard Raynal]

C’est pour s’inscrire dans la diagonale verte du Vernet, au Nord de Perpignan, qu’un projet de forêt urbaine a vu le jour.

Le terrain du 80 avenue Paul Gauguin, un espace vierge situé au cœur des populations, entre le stade Aimé Giral et Gilbert Brutus, se prêtait parfaitement à cette plantation. À la base, la mairie voulait installer là une forêt traditionnelle, mais la réception du projet de forêt native (de type Miyawaki), porté par Nathalie Dulac, professeur d’art plastique au collège le Riberal, de Saint-Estève, a redistribué les cartes. Les équipes municipales ont donc adhéré au projet et près d’un an plus tard, voilà un bel espace vert au cœur d’un quartier qui en avait bien besoin.

Mais quelles sont donc les caractéristiques d’une telle forêt ? La forêt de type Miyawaki a ceci de particulier qu’elle repose sur un choix d’essences indigènes compatibles (32 espèces), sur une forte densité de plantation (3 arbres au m²) qui induit une pousse rapide et une autonomie précoce, et qu’elle engendre une forte biodiversité. En effet, la densité des arbres crée une compétition vertueuse entre eux et les incite à une croissance accélérée. De ce fait, en 3 ans, les spécimens devraient atteindre 3 m (1 m par an), et surtout devenir complètement autonomes. Dans ce cas-là, on ne parle pas de forêt au sens strict du terme, mais d’espace urbain forestier. Ainsi, la main de l’homme recrée artificiellement l’action de la nature. Les avantages de ce type d’installation sont multiples : oxygénation, fraîcheur, biodiversité, mise en valeur du quartier, etc.

Près de 2 000 enfants du collège le Riberal, du collège Pons, de Victor Hugo, d’Hélène Boucher…) se sont retroussé les manches et ont pu participer à la création de ce massif forestier miniature (1 500 m²). De leur massif forestier ! Un souvenir qui restera gravé longtemps en eux. Ils pourront ainsi surveiller la croissance de leurs arbres et s’approprier cet espace unique de biodiversité. Ajoutons pour conclure, que cette plantation s’est faite devant les caméras de FR3, de Ushuaia TV, de Via Occitanie et en la présence de nombreux élus de la ville, dont monsieur le maire. Avec la finalisation d’une telle action, Perpignan s’inscrit résolument dans une démarche d’écologie urbaine porteuse de mieux être pour l’avenir. D’autres projets de ce type, soumis à d’autres problématiques, sont d’ores et déjà à l’étude dans d’autres quartiers.

Texte et photos Gérard Raynal – Mairie de Perpignan

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.