Sécheresse, incendies… Sous l’œil de Copernicus [par Claire Sarda-Vergès]

Depuis plusieurs semaines, l’Europe est en proie à la sécheresse et aux incendies. Pour bien se rendre compte du phénomène, rien de tel que de regarder du côté des images satellites fournies par le programme européen Copernicus. Les satellites permettent de suivre l’évolution des incendies depuis l’espace et de surveiller différentes caractéristiques, telles que les zones sèches et sujettes aux incendies, les feux actifs et ceux uniquement fumants, les zones brûlées, ainsi que les émissions de fumée et de gaz traces. Ainsi, le 11 août, l’Agence spatiale européenne (ESA) a rendu publique une image satellitaire de la France montrant un pays sous une chaleur écrasante, avec une végétation extrêmement sèche et des périmètres d’incendies.

Observer la Terre

Initié à la fin des années 1990, le programme européen Copernicus vise à favoriser des systèmes innovants d’observation de la Terre, ainsi qu’à assurer un accès indépendant de l’Europe aux connaissances environnementales et aux technologies clés d’observation et de collecte d’information. Les données et informations de Copernicus sont mises à disposition sur la base d’un accès total, ouvert et gratuit, dans certaines conditions et limites. Plus largement, l’objectif du programme est de soutenir la formulation, la mise en œuvre et le suivi des politiques de l’UE.
Copernicus comprend six services :
– la surveillance de l’atmosphère au niveau mondial ;
– la surveillance des milieux marins ;
– la surveillance des terres et de l’agriculture ;
– la surveillance du changement climatique, en particulier des pôles et des émissions de gaz à effet de serre ;
– un service de gestion des situations d’urgence, notamment en cas de catastrophe naturelle ;
– un service de sécurité, en lien avec la politique étrangère et de sécurité commune de l’Union (PESC).
Ces éléments constituent autant de domaines d’application des services fournis par Copernicus : l’agriculture, l’environnement, la biodiversité, le climat et l’énergie, le tourisme, la santé publique, les transports, la sécurité ou encore l’aménagement du territoire et l’aide humanitaire.

Les satellites de Copernicus

Pour fonctionner, le projet d’observation comprend des satellites, une infrastructure au sol – des capteurs maritimes, aériens et terrestres – ainsi que des installations de traitement des données recueillies par ce système spatial européen. Copernicus est notamment composé de 6 familles de satellites, les “Sentinelles”, souvent déployées par paires dans l’espace. Elles remplissent des missions bien précises : Sentinel-3 examine par exemple la surface de la mer et mesure sa température, tout en surveillant les couleurs de l’océan et de la surface terrestre avec une grande précision.

Claire Sarda-Vergès
ADRET – Europe Direct Pyrénées

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.