Parce que rien n’est jamais simple #34 [par Yann Kerveno]

Frein sur l’export

Nous avons vu avec Bruno Parmentier comment le commerce mondial des céréales pouvait être crucial sur un plan géopolitique. Pour sortir du seul cadre du blé, on se souvient qu’en début d’année le gouvernement argentin avait été contraint de freiner les exportations de viande pour protéger ses propres consommateurs de la flambée des prix provoquée par ces exportations. La décision a porté ses fruits, les prix de la viande ont reculé de 3 % entre juillet et octobre dans le pays tandis que les exportations ont reculé de 8,3 % depuis le début de l’année. Le gouvernement argentin a présenté la semaine passée un plan de sortie de crise qui prévoit la hausse des contingents autorisés à l’exportation et le développement de la production. En Afrique, le Mali vient de prendre une décision similaire en suspendant depuis le 6 décembre toutes ses exportations de maïs, riz, sorgho et coton. En cause, les tensions sur le marché mondial, des récoltes moins importantes pour cause de météo défavorable et des prix des produits alimentaires qui flambent dans la région à plus 30 ou 40 % selon la FAO.

Un drôle d’engin

Pendant que par ici on enterre le chantre de la sobriété heureuse et de la woofagriculture, une vidéo qui tourne sur les réseaux sociaux montre la dernière grande innovation en termes de machinisme, un véhicule porteur à outil interchangeable. Un engin mis au point par l’entreprise allemande Nexat aux propriétés remarquables de 1 100 chevaux et 14 mètres de large, une largeur de travail de 6 à 24 mètres, jusqu’à 60 mètres pour les pulvérisateurs, qui peut embarquer tous les outils nécessaires et réaliser tous les travaux réclamés par les grandes cultures, des semis à la récolte, en utilisant à chaque fois les mêmes voies de passage pour ne pas tasser les sols… L’entreprise annonce un rendement supérieur de 50 % pour la récolte du maïs par rapport à un attelage classique batteuse plus tracteur. Et plus besoin de woofers !

Chacal

On parle beaucoup du loup, de l’ours, des vautours mais nos contrées pourraient bientôt accueillir un nouveau venu, le chacal doré dont les signalements en France commencent alors que l’espèce est déjà fort bien implantée dans le Nord de l’Italie avec probablement plus de 200 individus. Pas de raisons pour autant de sauter sur son fusil, il n’est pas “chassable”, de toute façon ce chacal à mi-chemin entre le renard et le loup se contente de petites proies et fera surtout concurrence aux renards roux. Il faudra donc à priori renforcer la surveillance des poulaillers. Avec des woofers ?

Serre en l’air

On ne sait pas par contre qui prendra l’ascenseur, ou l’escalier, pour monter travailler sur le toit de la Tour Montparnasse, à Paris, qui va grandir de 20 mètres de hauteur par l’adjonction d’une serre agricole… Si l’agriculture urbaine a le vent en poupe, dans les médias, le projet n’avait pas l’heur de plaire aux… défenseurs des perspectives de la capitale comme les appellent nos confrères du Parisien qui s’étaient élevés contre le projet, avaient déposé des recours… Si l’enfer est pavé de bonnes intentions, on trouve finalement de bons paveurs partout !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.