Parce que rien n’est jamais simple 2022 – #23 [par Yann Kervveno]

Glyphosate

N’en déplaise à certains de mes confrères et consœurs, les tombereaux d’articles et de reportages qu’ils auront consacrés en vue de faire interdire le glyphosate n’auront servi à rien. Du moins en Europe puisque après une longue étude, les autorités sanitaires européennes, en l’occurrence l’Agence européenne des produits chimiques (EChA), rejoignant ainsi une quinzaine d’autorités sanitaires du monde entier, ne semblent pas y voir de danger pour la santé. Au contraire d’une agence de l’ONU qui l’avait, seule et contre tous, classé dans les cancérigènes possibles (quand la viande est dans les cancérigènes avérés).
Si la molécule développée par Monsanto (le vrai problème est surtout là) mais tombée depuis dans le domaine public, voit son autorisation prolongée sur le territoire de l’Union européenne, il ne faudra pas que ce soit l’occasion de planquer la poussière sous le tapis.

Verrou technologique

Et que cela empêche la recherche de continuer à travailler pour trouver des méthodes alternatives puisque, s’il ne présente pas de danger pour la santé humaine, son impact sur le milieu reste patent. Mais comme le clame chaque semaine le titre de cette rubrique, rien n’est jamais simple et il faudra certainement du temps pour faire sauter ce que le chercheur Bruno Chauvel (Inrae Dijon) appelle un “verrou technologique”. Sachant que la clé est une question (essentiellement) de coût, compte tenu du rapport prix/efficacité de ce désherbant systémique qui fut la clé de son succès. Voilà en tout cas de quoi donner de nouvelles idées à Élise Lucet pour une de ses prochaines émissions quand elle en aura fini avec “l’horreur de la PAC”.

Tous ne mourraient point (enfin si)

En parlant d’horreur, les nouvelles ne sont pas vraiment bonnes sur le front de la peste porcine africaine (PPA), au moins pour les producteurs de cochons qui élèvent leurs bêtes en plein air. En effet, après que la maladie ait pris pied en Italie dans le Piémont et, depuis, jusqu’à Rome, c’est maintenant le long de la frontière franco-allemande, en Allemagne à 6 kilomètres de la frontière, qu’un cas a été repéré faisant planer la menace bien au-delà de la zone concernée, compte tenu de la contagiosité de la maladie. Voilà de quoi espérer un peu plus dans les récentes annonces du gouvernement vietnamien qui assure avoir obtenu des résultats avec un vaccin destiné à lutter contre cette peste. Vaccin qui, s’il n’est pas encore produit, a été développé dans le cadre d’un partenariat entre des chercheurs américains et une entreprise vietnamienne. Il faut là se souvenir que la peste porcine africaine fut encore récemment présente en Espagne et qu’il fallut une vingtaine d’années pour s’en débarrasser.

La guillotine du court terme

Mais aussi que tous les crédits destinés à la recherche d’un vaccin dans le pays avaient été coupés, on est là à la fin des années quatre-vingt-dix, à partir du moment où l’Espagne avait retrouvé son statut “indemne” de PPA. Je vous laisse méditer sur les conclusions à tirer. Sinon, en Inde, les prévisions de récoltes ne sont pas si mauvaises qu’annoncées auparavant. La production de blé devrait atteindre 106 millions de tonnes, – 3 % par rapport à l’an dernier, celle de riz progresser de 4 % à 129 millions de tonnes et celle de maïs progresser de 5 % pour atteindre 33,18 Mt.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.