Parce que rien n’est jamais simple 2022 – #15 [par Yann Kerveno]

Gros dégâts de gel en Espagne

Si le gel a frappé la France, il n’a pas épargné non plus nos voisins espagnols. Selon les premières estimations d’Agroseguro, le montant de la facture s’élève à environ 150 M € dont quasi 100 millions pour les deux provinces de Catalogne et d’Aragon. Ce coup de gel est déjà qualifié de “pire événément” enregistré depuis 42 ans, date de la création d’Agroseguro. 37 000 hectares sont concernés avec une zone critique, la vallée de l’Ebre, les principaux dégâts étant enregistrés en arboriculture, fruits à pépins, noyaux et amandiers mais des dégâts plus ponctuels sont aussi signalés sur les cerises, kakis, la vigne et jusqu’au colza ou la betterave. Les deux provinces les plus touchées sont la Catalogne (59 M € d’indemnisations) et l’Aragon (42 M €) où les températures sont descendues jusqu’à moins 6°C. La Castille la Manche complètent ce triste podium avec de gros dégâts sur les amandiers et 20 M € d’indemnisations estimées. Les amandiers ont payé un lourd tribut à travers le pays, avec 22 000 ha touchés et 30 M € d’indemnisations estimées par Agroseguro.

Peut mieux faire !

Pendant ce temps là, la réforme de la PAC poursuit son bonhomme de chemin et la Commission européenne a répondu au projet de plan national stratégique (PNS) présenté par la France. Avec la mention : “Peut beaucoup mieux faire”. La commission reproche au PNS français d’être trop timoré et de ne pas œuvrer suffisamment à “renforcer la résilience de l’agriculture française” et la faiblesse des efforts envisagés pour la transition écologique. La commission pointe du doigt en particulier la réduction des émissions de gaz à effet de serre liées à l’élevage et plusieurs autres “timidités”, pour la protection des eaux ou le bien-être animal. Enfin, la commission regrette que Bio et HVE soient mis au même niveau de valeur dans les éco-schèmes. Il va donc falloir revoir la copie avant cet été.

Jamais aussi cher depuis les années 90

Si la guerre en Ukraine s’enkyste dans nos quotidiens, ses effets sur le système alimentaire mondial sont encore amplement discutés. Histoire de mettre tout le monde d’accord (?), la FAO a publié ses chiffres mensuels sur le coût des aliments avec, pour la première fois, une vision précise, et affolante, de l’impact de la guerre. Ainsi, l’indice des prix alimentaires a gagné 12,6 % en un mois pour s’établir, fin mars, à 159,3 points. C’est un record depuis la création de l’indice par cette agence spécialisée de l’ONU. Cette très forte augmentation est en particulier liée à celle des huiles végétales et des céréales en raison du conflit en Ukraine.

Vous avez dit protéines ?

Si Just Eggs, qui produit un succédanée d’œufs à base de plantes, vient d’obtenir l’autorisation des autorités sanitaires de commercialiser ses produits en Europe, utilise du pois chiche comme ingrédient, c’est que celui-ci est riche en protéines. Pendant qu’une start-up américaine annonce vouloir développer un super pois chiche, il contiendrait 75 % de protéines en plus par rapport aux variétés actuellement utilisées, d’autres sources de protéines végétales pourraient compléter le marché, les graines de chanvre, d’orge et de pongamia… Quelles salades !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.