Vendanges Aude et P.-O. : petite récolte en vue [par Yann Kerveno]

Les vendanges montent en puissance cette semaine. Avec probablement peu de volumes mais une belle qualité.

Les vignes bruissent maintenant des sons habituels des vendanges, coups de sécateurs ou moteur des machines à vendanger, on rentre cette semaine dans le vif du sujet. “Les vendanges ont commencé dans les Pyrénées-Orientales par les muscats petits grains et nous allons probablement attaquer les premiers rosés cette semaine” explique Olivier Barberousse du service viticole de la Chambre d’agriculture. Après une année de nouveau exceptionnelle sur le plan météo mais aussi sanitaire, il estime que la vendange 2020 sera courte, voire très courte… “C’est très hétérogène à cause du mildiou, certains ont perdu quasi toute leur récolte, d’autres sont parvenus à sauver une partie mais, globalement, nous aurons une petite récolte dans le département cette année, peut-être même inférieure à celle de l’an dernier qui était déjà la plus petite vendange jamais enregistrée…”
Le grenache, cépage prédominant dans le département, a particulièrement souffert mais pour l’heure, la qualité sanitaire des raisins qui ont survécu au mildiou est plutôt bonne. Avec les conditions chaudes et sèches de ces derniers jours, la maturité avance normalement, “nous prenons un degré chaque semaine depuis début août” ajoute-t-il. Au final, la vendange a, dans les Pyrénées-Orientales, une “bonne semaine d’avance.”

De belles cuvées
Dans l’Aude, la situation est tout aussi hétérogène, d’autant que les calamités n’ont pas oublié de faire leurs dégâts habituels. “Globalement, les raisins qui ont survécu à la grêle, aux trombes d’eau et au mildiou sont beaux, la qualité est là, on part sur de bonnes bases. Et les poids de baies sont plus importants que ces dernières années, 25 % de plus que l’an passé et un peu au-dessus de la moyenne des cinq dernières années” détaille Ludovic Roux, président de la cave de Talairan. “Ce qui est curieux cette année, c’est que le département de l’Aude est le seul qui ne soit pas en avance, nous sommes sur des dates de vendanges habituelles, alors que tous les autres vignobles de l’ancienne région Languedoc-Roussillon sont en avance.” Président des Vignerons indépendants, Alexandre They estime, lui, qu’il y a toutefois un peu d’avance quand même par rapport à l’an dernier, mais il se garde bien d’un pronostic sur les volumes. “Qualitativement il y aura de belles cuvées c’est sûr, mais faire un pronostic de rendement est difficile.”

De bonnes sorties
La saison estivale a aussi apporté son eau au moulin de la filière. “Visiblement le tourisme a été correct dans le département cet été, les caveaux des vignerons ont bien fonctionné” ajoute-t-il “et les choses commencent à bouger sur le grand export, on voit des ventes reprendre sur New-York et aux États-Unis, même si l’activité vers l’Asie est encore très calme”.
À l’heure où rentrent les premiers raisins, le marché s’est donc aussi un peu éclairci. “La distillation historique que nous avons obtenue nous permet de démarrer la campagne dans des conditions normales. Les mois de mai, juin, juillet ont été très bons pour les sorties, sur douze mois glissants, nous sommes à 11,7 millions d’hectolitres en sortie, cela limite les stocks de report. Et le prix de la distillation a permis de ne pas écrouler le marché” se félicite encore Ludovic Roux. Qui annonce, pour l’Aude, une vendange à 4 millions d’hectolitres. Pour autant, 2020 n’a peut-être pas fini de mettre des bâtons dans les roues de la production et bien malin celui qui peut dresser le portrait des quatre derniers mois de l’année.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *