Prothésistes dentaires : la reprise, c’est pas pour demain !

Dans le milieu artisanal, réside un corps de métier dont l’activité singulière s’apparenterait plus à une technicité paramédicale. Ambiguïté professionnelle qui, par temps de crise sanitaire comme celle que nous subissons avec la pandémie du Covid-19, place les prothésistes dentaires dans une bien délicate situation.

Depuis les mesures de confinement et l’obligation pour les chirurgiens-dentistes de reporter tous les soins, sauf urgences, les artisans qui confectionnent sur mesure des dispositifs médicaux pour les patients des cabinets dentaires sont complètement désœuvrés. Bien que cette activité ne figure pas sur la liste des professions obligatoirement fermées, faute de commande des dentistes, la majorité des laboratoires ont été contraints d’arrêter la production. “Depuis le 16 mars dernier, plus d’empreinte dentaire à l’horizon !” relate avec beaucoup d’inquiétude Thierry Foissin, responsable du laboratoire Foissin à Perpignan. “J’ai fait une demande d’activité partielle pour mon employée et tous les travaux que nous avions finis, prêts à être posés ou en cours d’achèvement, comme les armatures qui ont été coulées, les dents, vont représenter aussi une perte pour l’entreprise. Ces travaux il faudra les reprendre de zéro, car en bouche, sur une période de un ou deux mois, les ajustements varient !”. Dernier maillon de la chaîne médico-buccale, c’est avec une multitude d’interrogations que ces artisans espèrent un retour à une activité normale vers le mois de juillet. Tout dépendra si le conseil national de l’ordre des chirurgiens-dentistes autorise à nouveau, dès la reprise, la commande de prothèses et si les règles de déconfinement le permettent. À suivre…

Thierry Masdéu

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *