Plan de relance : même les réunions sont bricolées !

Chers collègues de la 3e circonscription et d’ailleurs,
Vous avez pu voir dans la presse et sur les réseaux sociaux que le banc et l’arrière banc de l’économie départementale avaient participé à une réunion en ligne avec le ministre Alain Griset. Cette réunion aurait été organisée par votre députée (LREM). Certains d’entre vous se sont émus de voir que nous ne figurions pas parmi les 30 participants. Il est vrai qu’autour de la cyber table, il ne manquait (presque) personne !
Nous tenions donc à bien préciser les choses : si nous n’étions pas là, c’est juste parce que notre structure, vieille de plus de 90 ans dans le département, avec ses 2 000 adhérents implantés dans tous les villages des P.-O., figurant depuis des années dans le Code du travail parmi les partenaires sociaux, aidant chaque jour les petites entreprises du pays catalan, formant près de 900 artisans chaque année, siégeant à la tête de la Chambre de métiers, de la CPAM, aux prud’hommes, au Tribunal des affaires sociales, à l’URSSAF, à la CAF… n’a pas été jugée digne par votre députée de participer à une réunion sur le thème de la relance. Est-ce à dire que la relance se fera sans nos entreprises ?
Nous ne voyons que deux explications. Soit votre députée a oublié de nous inviter, ce qui interroge sur sa compétence et sa capacité à créer un réseau avec les représentants des artisans. Ce serait déjà assez inquiétant. Soit votre députée, échaudée par notre ruade au sujet de la 116 (nous appelons régulièrement les élus de tous bords à sortir de la parole et à enfin agir…) n’a pas voulu avoir autour de la table des gens qui n’avaient pas l’habitude de lui servir la soupe. Dans ce cas, elle aura choisi son public, ce qui donne une idée de sa conception de la démocratie.
Dans tous les cas, l’exercice laisse le goût d’une opération de communication ratée. Une de plus. On appréciera d’ailleurs toute l’ironie de cette réunion bricolée : Alain Griset, le ministre qui parlait de la relance, est l’ancien président de l’UPA nationale. Il aura sûrement apprécié de voir l’attention que porte la députée LREM de la 3e circonscription à son ancienne maison. Nous lui écrirons pour nous en assurer.
Quant à vous, chers artisans de la 3e circonscription et d’ailleurs, nous continuerons à vous défendre, à vous aider quand vous avez un problème, et à remuer les politiques pour qu’ils fassent leur travail. Nous ne nous ferons peut-être pas beaucoup d’amis, mais au moins nous n’aurons pas l’impression de trahir la confiance que vous nous témoignez depuis tout ce temps.
Courage à tous, chers collègues. On n’est vraiment pas aidé !

Robert Massuet, président UPA 66

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *