Ni mea culpa, ni constat d’échec ! (Par Jean-Marc Majeau)

Quelqu’un d’entre vous connaîtrait-il le nom du stratège qui conseille le gouvernement ? À mon avis, ce doit être un descendant d’André Maginot, l’inventeur de la ligne pointillée éponyme ! J’ignore combien il coûte, mais un fait est certain : comme son ancêtre, c’est un “champion du monde” qui a tout calculé depuis le début ! Les masques, les tests, le confinement, le déconfinement et le Remdesivir, pour arriver, crescendo, à la vaccination, à Monsieur Vaccin et puis à Mauricette ! Du grand art ! On sentait bien une petite réticence de nos gouvernants, qui, peu convaincus de l’innocuité de l’ARN messager, préféraient, dans un acte de sacrifice héroïque, laisser leur place aux plus âgés ! Ça a cafouillé grave au démarrage… C’est alors qu’est apparu le “vengeur masqué” : le président himself, qui affirma fin janvier, à la surprise générale, que le vaccin Astra était inefficace au-dessus de 65 ans… Stupéfiant ! Puis qui en remit une couche, en suspendant ce même produit en raison d’un risque potentiel de thrombose… Et une nouvelle en fustigeant le Royaume Uni qui la jouerait en solitaire… Zorro était arrivé ! Depuis 3 mois, c’est “la montée en puissance” reprogrammée tous les quinze jours. D’où l’idée d’un spot publicitaire de derrière les fagots : une mémé, grand standing, accueillant ses petits-enfants dans son 300 m2 à Neuilly, au son d’une musique de Gilbert Bécaud. C’était touchant… Mais tellement éloigné de la vie de la majorité des franciliens qui vivent à 6 dans 35 m2 et qui écoutent Maître Gims ! Allez, zou ! À la trappe la rombière ! Place à la sémantique ! Dilemme du mois : par quels mots expliquer aux gens que le pari du “non confinement” est perdu, que les contaminations s’enchainent et qu’il va falloir revenir à un isolement contraint, tout en n’employant jamais le terme “confinement” ? Ça me rappelle quand, petits, nous jouions au jeu du “ni oui ni non”. Alors, ça a planché sévère ! Il y en a un qui a proposé le “confinement aéré”. L’autre le “freinage massif”. Un, enfin, qui a suggéré “le bordel organisé”… Mais rien n’a été retenu ! Et puis… Alléluia : Apollinaire est entré dans la salle ! Pas Guillaume, non : Manu Apollinaire ! Avec son alexandrin : “Dedans avec les miens, dehors en citoyen” ! Putain que c’est beau ! Depuis “Astérix et Cléopâtre” et le célèbre : “Je suis, mon cher ami, très heureux de te voir”, je n’avais jamais lu deux hémistiches articulés à la césure d’un tel niveau poétique !

La priorité n’est pas de multiplier les tireurs. L’unique impératif est de leur fournir des munitions !

J’ai une question à poser à cette bande d’apprentis : “Vos conneries, vous les arrêtez quand ?” Parce qu’en espérant, sans méa culpa, que les beaux jours vous sauvent la mise, vous commencez à exaspérer tout le monde avec ces effets de manches qui n’amusent que vous ! Aujourd’hui, plutôt qu’un concours de la plus grosse couillonnade de la semaine, je pense qu’il serait temps pour vous de devenir pragmatique ! À un moment donné, il va falloir arrêter de chercher entre vous, l’expérience montrant que vous n’y arrivez pas. Il faut vite revenir à la base ! On se fout de votre prétention, de votre suffisance, de vos désirs de réélection et de vos plans foireux ! L’important, c’est de vacciner les gens ! Et ce n’est pas en intégrant les pompiers, les vétérinaires ou les lanceurs de fléchettes que vous y parviendrez ! La priorité n’est pas de multiplier les tireurs. L’unique impératif est de leur fournir des munitions ! En l’occurrence des doses de vaccins ! Oui, celles dont vous annoncez depuis 3 mois qu’elles arriveront la semaine prochaine… Plutôt que de le dire : faites-le ! Livrez les doses ! Faute de vaccins français, ce seront des vaccins européens. Mais, à l’instar du “Thermomix” de chez LIDL, tous les pays s’en arrachent les rares exemplaires ! Et donc, ils sont rares ! Alors, Nom de Dieu, au lieu de vous gargariser de vos alexandrins à 2 balles, allez plutôt acheter les vaccins en Chine, en Russie ou à Bab El Oued ! Mais qu’on en finisse enfin avec cette gabegie, ces attestations, ces couvre-feux, ces enfermements aérés et ces discours condescendants de ministres, qui saoulent tout le monde. Tout le monde, sauf le virus !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *