Main d’œuvre saisonnière : tout est prêt

À quelques jours du début de la campagne d’éclaircissage, Pôle emploi centralise les candidatures au travail dans les vergers.

La question de la main d’œuvre fait partie de celles qui se posent avec le plus d’acuité dans le contexte sanitaire que nous connaissons, surtout à mesure que nous avançons dans le printemps. Au delà de la plateforme nationale Wizi.farm, mise en place pour rapprocher les bras inoccupés des champs, c’est Pôle emploi qui sera la plaque tournante dans les Pyrénées-Orientales.
“Nous nous sommes organisés pour la vallée de la Têt de façon à ne pas être pris au dépourvus dans une dizaine de jours, quand il faudra commencer à éclaircir. Il faut garder à l’esprit que chaque année, c’est une tradition depuis des décennies, ce sont entre 1 000 et 1 500 travailleurs espagnols qui viennent dans nos vergers” explique Jean-François Not, président d’Ille Fruits et de la Fédération régionale des fruits et légumes.

Main d’œuvre locale
En concertation avec les autres opérateurs, il conseille donc aux producteurs une approche en deux temps puisqu’il est impensable de faire appel à cette main d’œuvre étrangère dans le contexte sanitaire actuel. “Nous avons fait le tour des salariés que nous connaissons, par exemple ceux qui travaillent en station l’été, et pour Ille Fruits, cela représente environ 90 personnes qui seraient disponibles pour prendre part aux chantiers d’éclaircissage. Ensuite, pour compléter, il y a les différentes initiatives et notamment la plateforme mise en place par Pôle emploi, spécifiquement pour cette saison qui doit nous permettre de recruter de la main d’œuvre locale pour les premiers chantiers.”

2 000 tests
Et puis, il y a ce qu’on peut appeler un deuxième temps de la valse, lorsque le confinement sera levé, “on ne sait pas, fin avril, en mai ? Il faudra que nous puissions, si c’est possible, avoir recours aux travailleurs espagnols. Eux auront aussi besoin, économiquement, de travailler. Et pour que tout se passe sans mettre quiconque en danger, nous avons demandé que l’agriculture soit le second secteur à pouvoir bénéficier des tests, pour que chaque salarié puisse être testé.” Avec la fédération des producteurs de fruits, ce sont donc 2 000 tests qui ont été demandés à la MSA pour le seul département des Pyrénées-Orientales.

En pratique
Dans les Pyrénées-Orientales, c’est donc la plateforme de Pôle emploi qui a été retenue pour centraliser les offres (https://www.pole-emploi.fr /accueil/), elle est réactualisée quotidiennement avec de nouvelles offres. Ces emplois sont accessibles aux demandeurs d’emploi, mais également aux indépendants dont l’activité a été interrompue par les mesures de confinement ou les salariés placés en activité partielle selon la loi du 13 mars 2020.

Yann Kerveno

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *