Lettre à Ségolène Royal du “fin fond de nos campagnes” [par Jean-Paul Pelras]

Madame, tout récemment, vous avez, dans votre grande mansuétude et car vous êtes, de toute évidence, mieux qualifiée qu’eux pour décrypter les subtilités du patrimoine français, cru bon de renseigner les ruraux sur ce qu’est la place Beauvau. Et ce, consécutivement au projet éponyme promu par le premier d’entre nous. Vous avez donné au micro de Sud Radio cette phrase qui, considérant sa singularité, pourrait rester gravée dans le verbatim politique : “Je vais expliquer aux gens qui nous écoutent, c’est l’adresse du ministère de l’Intérieur…” Et vous avez rajouté “Dans le fin fond de nos campagnes, ils savent ce qu’est un veau, un veau qui est beau”.
“Le fin fond de nos campagnes”, voyons où se situe l’endroit. Derrière la tonne à lisier, dans l’alcali des étables, au bout d’une petite route qui se termine entre une pile de bois et un tas de goudron abandonné ? À moins qu’il ne s’agisse de cette France perdue à l’extrémité de son âge, entre le balancier des pendules qui décapite le temps et le mouvement, à peine perceptible, d’une poignée de vivants ? Oui Madame, qui fûtes Ambassadrice des pôles, donc apte à appréhender l’isolement et la déréliction des contrées lointaines, pouvez-vous, à défaut de vous y être un jour transportée, nous dire où se situe cet abîme champêtre ? Et tant qu’à répondre à cette délicate interrogation, pouvez-vous nous renseigner sur ce “veau qui est beau”, future génisse, déjà broutard, veau de lait ou veau de rivière dont Molière vantait la tendreté, Fleur d’Aubrac ou autre Rosée des Pyrénées ? Sachant, Madame l’ancienne ministre de l’Écologie, que dans nos campagnes, lorsque l’on évoque votre nom, l’on se souvient surtout de cette Agence pour la biodiversité que vous avez lancée au temps de votre mandature. Quand, depuis vos ministères climatisés, vous avez activé le classement des zones dites vulnérables. S’en suivit une panoplie de mesures plus cœrcitives les unes que les autres, avec des mises aux normes souvent inadaptables et inadaptées qui précipitèrent la déprise et la fin de certaines exploitations agricoles dans ce que vous définissez, non sans une certaine condescendance, comme étant le fin fond de la France.
Cette France rurale qui n’a peut-être, effectivement, jamais entendu parler de Charles Just de Beauvau Craon, ministre de la Guerre sous Louis XVI et locataire à vie du site qui nous vaut ici votre indispensable érudition. Cette France des champs et des layons qui est encore capable de savoir où se situe le ministère de l’Intérieur car, voyez-vous, elle s’acquitte une fois par an de la redevance qui lui permet de posséder une télévision.
Depuis cette Muraille de Chine où vous évoquiez la “bravitude” des visiteurs, vous nous avez habitué à quelques mémorables saillies verbales. Mais cette fois-ci, Madame, vous êtes bien loin de la bourde, de la calembredaine et de la plaisanterie. Vous frayez dans les eaux basses de la suffisance et du mépris.
Ce “fin fond de nos campagnes” ou il faut peut-être, tant qu’à faire, aller chercher quelques “sans dents”, exprime à lui seul le clivage qui nous éloigne de nos dirigeants. Diviser notre pays en catégories qui vivraient, soit dans un décor à la Breughel, soit sous les pampilles de la haute société, en usant de considérations géographiques, en dédaignant les territoires isolés, participe à l’entretien d’une partition sociétale culturelle et intellectuelle égocentrée.
Voilà madame, très modestement, ces quelques mots adressés, sans rancune car j’ai pris la mesure de votre inconséquence, à celle qui postula voici quelques années à la présidence de l’État français. Du fin fond de ces Pyrénées où je gîte et du fin fond de cet Aubrac où je me rends régulièrement, je vous adresse l’expression de mes sentiments les plus cordiaux. Car nous pouvons aussi, voyez-vous, derrière l’éther des lointains, blottis au coin de l’âtre ou perdus dans la tourmente, faire preuve de révérence sans pour autant mourir idiots !

2 pensées sur “Lettre à Ségolène Royal du “fin fond de nos campagnes” [par Jean-Paul Pelras]

  • 17 décembre 2020 à 10 h 23 min
    Permalink

    J’adore le courrier à l’encontre de md Ségolène royal ,on voit bien que nos gouvernants sont carrément à côté de la plaque .

    Répondre moderated
    • 13 janvier 2021 à 15 h 27 min
      Permalink

      Je ne maîtrise pas bien façeboock , et à l’automne de ma vie je découvre un  » habitant de la FRANCE « ; de vraie FRANCE, de la FRANCE éternelle; celle qui m’a vue naître et dont la terre va me recouvrir après avoir assuré ma descendance. Après avoir lu vos lettres, on peut mourir tranquille ( comme avait dit Thiéry Rolland) . Vous êtes digne de porter le drapeau FRANCAIS.

      Répondre moderated

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *